Ferrari : La forme de Leclerc a eu un impact sur Vettel

Fabien Gaillard

Pour sa première année avec Ferrari, . Le Monégasque a également, sur le plan symbolique, signé la première pole et le premier podium de Ferrari (à Bahreïn), ainsi que la première victoire de la Scuderia (en Belgique) cette saison, avant un succès tant attendu par les tifosi à Monza.

De l'autre côté du garage, Vettel a alterné le bon et le moins bon, retombant dans certains travers de la saison 2018, tout en signant deux poles et une victoire. Au classement pilotes, Leclerc a terminé quatrième, 24 points devant son équipier, avec le même nombre d'abandons.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Bilan 2019 - Vettel, l'ennemi vient de l'intérieur

Au cours d'une rencontre avec certains médias, dont Motorsport.com, Louis Camilleri, le PDG de Ferrari, a reconnu que Leclerc a eu un impact sur les performances de l'Allemand. "Je pense qu'il faut être juste dans le sens où nous avons fait des erreurs plusieurs fois, et avons eu des problèmes avec la voiture", a-t-il d'abord admis.

"Alors vous n'êtes pas à l'aise, vous prenez des risques qui ne sont pas nécessaires. Clairement, la performance de Leclerc a visiblement eu un impact. C'est inévitable quand vous êtes le Champion du monde, et que ce jeune arrive et réalise une saison phénoménale."

Une situation d'autant plus déroutante pour Vettel que Leclerc a progressivement grandi en tant que membre de l'écurie également. "Nous savions tous que Charles a beaucoup de talent. Je pense qu'il nous a même surpris sur ce qu'il était capable de faire. Il est devenu de plus en plus fort, pas seulement en tant que pilote, mais en tant que partie intégrante de l'écurie. Pour nous, c'est très important. Il a une excellente relation avec l'écurie et continue à la développer."

Lire aussi :

L'accrochage Vettel/Leclerc, une "crise" nécessaire pour Ferrari

En début d'année, au moment de présenter la SF90, Mattia Binotto, le directeur de Ferrari, avait expliqué que Vettel, en raison de son expérience, bénéficierait d'un traitement préférentiel dans les situations de 50/50. Même s'il défend toujours son choix, le technicien affirme qu'il n'y aura pas de numéro 1 identifié l'an prochain. "C'était le bon choix à l'époque. Quand nous arriverons en Australie [en 2020], ils seront libres de se battre et il n'y aura pas de numéro 1. Le plus important, c'est que l'équipe reste la première des priorités, et que nous maximisions les points de l'écurie là où nous en avons besoin." 

Avec Scott Mitchell 

À lire aussi