Ferrari n'exclut pas les consignes dans des situations "claires"

Fabien Gaillard
motorsport.com

La saison 2019 de Ferrari a été marquée, au-delà de l'échec sportif, par l'affrontement en interne entre un ambitieux et désireux de renverser l'ordre établi. Au terme de la campagne, le Monégasque a battu aux points l'Allemand, en signant sept pole positions et en remportant ses deux premières victoires en discipline reine. Forcément, les choses sont différentes au moment d'aborder 2020 et pas question aujourd'hui d'établir une quelconque hiérarchie.

Malgré tout, Mattia Binotto n'exclut pas de recourir à des consignes. "Je pense [que Leclerc] a déjà prouvé qu'il était prêt [à lutter pour le titre]. Je pense qu'il a réalisé une saison vraiment fantastique l'an passé. Il était également au même niveau que Sebastian en fin de saison, au niveau des résultats finaux. Je pense qu'il a prouvé qu'il pouvait le faire."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pourquoi la suspicion autour du moteur Ferrari a été ravivée

"Donc je crois qu'il est juste qu'ils soient au même niveau pour débuter la saison 2020. Je pense qu'ils savent aussi que l'écurie a la priorité. Donc les consignes d'équipes pourraient encore être de la partie. Je ne dis pas qu'ils sont libres de se battre et qu'il n'y aura pas de consignes d'équipes. Il pourrait donc y avoir des ordres au profit de l'équipe dans son ensemble dans certains cas. Mais il faut qu'il s'agisse d'une situation claire."

Binotto estime par ailleurs que ses pilotes se comprennent mieux qu'en 2019, où plusieurs situations tendues ont émaillé la campagne, avec en point d'orgue l'accrochage et le double abandon du Brésil. L'Italo-Suisse croit ainsi qu'il n'aura pas à intervenir en 2020. "Je pense que l'année dernière a été très utile pour eux et moi, pour nous connaître, pour comprendre comment nous devions nous comporter et quels devaient être les rôles au sein de l'écurie."

"Quelle est la priorité ? L'équipe est [la] première. Je pense que les deux pilotes se connaissent désormais bien mieux et se comportent bien. Je suis très heureux du niveau de discussion que nous avons, du niveau de contribution à la voiture, à l'équipe, et de la façon dont ils se parlent vraiment. Donc je pense que, globalement, il n'y a pas grand-chose à leur dire, parce qu'ils comprennent parfaitement la façon d'agir pour pouvoir gagner en piste."

À lire aussi