Ferrari "paie le prix" de son appui aérodynamique en ligne droite

Emmanuel Touzot
motorsport.com

La semaine dernière, à Barcelone, Toto Wolff assurant que la Scuderia n'utilisait pas des modes compétitifs sur le moteur. Alors que l'on attend toujours de voir ce que vaut réellement la SF1000, qui ne semble clairement pas exploitée à son plein potentiel pour le moment, son directeur Mattia Binotto assure qu'il n'y a aucune intention de cacher son jeu de la part de l'équipe italienne.

L'an dernier, Ferrari avait dominé la majorité des journées des tests hivernaux et malgré un chrono similaire de Mercedes lors de la dernière journée, la Scuderia semblait favorite avant le début de saison. À Melbourne, n'avaient pas réussi à accrocher un podium, et certains soupçonnent une volonté de la part du team de ne pas dévoiler ses cartes pour éviter des attentes trop élevées.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ferrari teste de nouvelles pièces à Barcelone

"Mercedes semble bien informé sur ce que nous faisons, mais ce n'est pas exact", a répondu un Binotto perplexe à une question de Motorsport.com. L'Italien confirme ses propos de la semaine dernière et réitère le fait que la SF1000 n'apporte pas encore les performances voulues par la Scuderia. En difficulté l'an dernier dans les virages serrés avec une monoplace privilégiant une faible traînée à un fort appui, il semble que la vitesse de pointe soit cette fois le problème pour Ferrari.

"La voiture de cette saison est globalement plus rapide que celle de l'année dernière, mais nous sommes plus rapides en virage et plus lents en ligne droite. C'était l'objectif en dessinant cette voiture. Nous savions que l'an dernier, nous étions trop lents en courbe, et nous avons essayé de mettre autant d'appui que possible sur la voiture pour [qu'elle soit] aussi rapide que possible dans les virages. Mais on en paie le prix en ligne droite. Je pense qu'en termes d'équilibre général, de réglages et de maniabilité dans les virages lents, il y a aussi des progrès à faire. Mais ça fait partie de notre boulot, et c'est notre tâche pour cette semaine."

Un avis que partage Sebastian Vettel, après avoir piloté la monoplace la semaine dernière et mercredi matin. L'Allemand est satisfait des capacités de sa monture dans les virages : "Un des objectifs était de faire en sorte que nous ayons une voiture plus rapide en courbe. Il ne s'agit pas seulement d'aller plus vite en virage, mais aussi d'améliorer la gestion des pneus et d'autres choses."

"Comme l'a dit Mattia, peut-être que nous voudrions être dans une position plus forte actuellement, mais il est également juste de dire que la saison est très longue, et il est correct de rappeler que nous ne l'avons même pas commencée. Je pense donc que nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons. Je crois que l'on a beaucoup de travail. Cette voiture constitue un pas en avant. Nous savons qu'elle peut progresser, de là où nous en sommes, et le temps nous donnera des réponses."

À lire aussi