Catherine Deneuve, à Cannes, rejoint Chiara Mastroianni sur scène et s’adresse à l’Ukraine

REUTERS/Eric Gaillard

Lors de la cérémonie d’ouverture du 76e Festival de Cannes, Catherine Deneuve a tenu à lire un texte pour l’Ukraine, en compagnie de Michael Douglas.

« Je n’ai plus ni bonheur ni liberté. Une seule espérance m’est restée : revenir un jour dans ma belle Ukraine ». Invitée sur la scène du Grand théâtre Lumière lors de la cérémonie d’ouverture de l’édition 2023 du Festival de Cannes ce mardi 16 mai, Catherine Deneuve a rendu hommage au peuple ukrainien.

Aux côtés de sa fille Chiara Mastroianni, et de Michael Douglas qui venait de recevoir un Palme d’or d’honneur, la comédienne de 79 ans - dont le portrait a été choisi pour l’affiche officielle du Festival - a cité un texte de la poétesse ukrainienne Lessia Oukraïnka, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Je pense beaucoup à l’Ukraine », a lancé, émue, l’icône du cinéma français, avant de déclamer ce poème qui s’ouvre et se conclut ainsi : « Je n’ai plus ni bonheur ni liberté. Une seule espérance m’est restée : revenir un jour dans ma belle Ukraine ».

Ce n’est pas la première fois que Catherine Deneuve lit ce texte hautement symbolique. Elle avait déjà déclamé L’Espérance, écrit en 1880 par la poétesse Lessia Oukraïnka alors qu’elle n’avait que neuf ans, lors d’une émission spéciale de TV5 Monde diffusée fin janvier 2023 dans 200 pays et en 22 langues, ainsi qu’à la télévision publique ukrainienne.

« La période chaotique et douloureuse que nous vivons »

Quelques instants plus tôt, Chiara Mastroianni en maîtresse de cérémonie avait elle aussi fait écho à la guerre en Ukraine, qui dure désormais depuis plus quinze mois et a fait au moins 60 000 morts. Dans son discours d’ouverture, elle a évoqué « la période chaotique et souvent douloureuse que nous vivons » et de rappeler que le « Festival est né d’une indignation, d’une colère, un acte de résistance fondé en septembre 1939 à la veille d’une tragédie qui allait enflammer le monde ».

« La raison d’être de ce festival était et demeure l’exaltation de notre liberté. Liberté d’oser, d’imaginer, de créer. Liberté de dire la puissance et la fragilité de nos existences », a-t-elle encore ajouté devant les spectateurs du Grand théâtre Lumière parmi lesquels le jury au complet de ce 76e Festival de Cannes. Mais aussi Maïwenn, Johnny Depp, Pierre Richard et tout le casting du film Jeanne du Barry, choisi pour être projeté en ouverture de la quinzaine.

À voir également sur Le HuffPost :

Benoît Magimel à Cannes, la confirmation de son retour de hype

Brie Larson était bien là à l’ouverture du Festival de Cannes, malgré les doutes

VIDÉO - La minute de Catherine Deneuve