La FFF et la FFR unies face au Stade de France

Mbappé et les Bleus jouent régulièrement au Stade de France. (F. Faugère/L'Équipe)

La Fédération française de football et son homologue du rugby sont unies dans un objectif commun : baisser le prix de la location du Stade de France.

Le football et le rugby ont décidé de marcher main dans la main pour leur intérêt respectif : baisser le coût de location du Stade de France pour les matches que les deux Fédérations organisent dans l'enceinte de Saint-Denis chaque année. Noël Le Graët, président de la FFF, a reçu au siège de la Fédération, mardi 19 avril, Bernard Laporte, son homologue du rugby. Leur discussion a porté sur deux axes : diminuer le prix d'ici la fin de leur contrat respectif (2024 pour la FFF et 2025 pour la FFR) et négocier un meilleur tarif aussi pour le prochain appel d'offres de gestion du SDF à partir du 1er juillet 2025.

Les dirigeants souhaitent une baisse de 50 %

Actuellement, la 3F paye environ 2 millions d'euros par match, elle doit quatre rencontres par an, soit environ 8 M€, au consortium du SDF (Vinci et Bouygues, les gestionnaires, et l'État, le propriétaire). Pour la FFR, le coût est à peu près d'un million d'euros la rencontre. En fin d'année dernière, dans un entretien au Parisien, Le Graët avait déclaré qu'il ne renouvellerait « jamais de ma vie ce contrat. On a assez payé. » La FFF argue que pour équilibrer ses frais, elle doit attirer plus de 65 000 spectateurs sur une capacité totale de 78 000 et dans le même temps ses marges sont supérieures quand les Bleus jouent en province. Le contrat de la FFR, notamment grâce aux hospitalités, est plus favorable.

Les deux dirigeants fédéraux aimeraient une baisse de près de 50 % par rapport aux conditions actuelles et sont prêts à aller jouer ailleurs s'ils ne l'obtiennent pas. Ils ont aussi évoqué l'idée d'une structure commune pour négocier et réaliser des économies.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles