FFF : la présidence de Noël Le Graët en sept actes

Quentin Ramelet
·1 min de lecture

► Juillet 2011 : Élu président pour "sauver" le football français

Le football français vit ses heures les plus sombres. Un an après le scandale de Knysna, la Fédération française de football s'apprête à un prendre un virage aussi décisif que redouté. Le président intérimaire, Fernand Duchaussoy (45,4%), qui paie encore une partie des pots cassés, s'incline face à Noël Le Graët (54,39%) dans l'élection du 18 juin 2011. L'ancien président emblématique de l'En Avant Guingamp (1972-1991 et 2002-2011) et de la Ligue de Football Professionnel (1991-2000) est prévenu, le chantier est aussi immense que le défi est excitant : redorer le blason d'un football français meurtri. "L'objectif est clair : moins on parlera de la FFF, mieux on aura travaillé", assure-t-il dans la foulée de sa première élection.

► Juillet 2012 : Le Graët - Deschamps, un tandem pour durer

L'ombre de Knysna est toujours omniprésente durant sa première année de mandat et l'échec cuisant à l'Euro 2012 (élimination en quarts de finale par l'Espagne) le pousse à prendre la décision la plus importante de sa carrière. Laurent Blanc n'est donc pas prolongé après deux années de transition difficiles et c'est un autre champion du monde 98, Didier Deschamps, qui...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi