La FIA demande aux championnats d'éviter les "guerres de territoire"

Fabien Gaillard
motorsport.com

Tous les championnats de sport automobile travaillent actuellement à la relance de leur activité dans les prochains mois après la crise liée à la pandémie de COVID-19. La Formule 1 a par exemple présenté son projet visant à faire démarrer la saison 2020 en Autriche début juillet, alors que d'autres disciplines mettent également en place des lignes directrices pour pouvoir courir à huis clos dans le cadre des restrictions importantes sur les grands rassemblements de personnes.

Le vice-président de la FIA, Graham Stoker, est cependant conscient des risques de conflits de dates entre les championnats au moment où les courses reprendront. "Ce sera un environnement extrêmement compétitif et potentiellement très encombré, et d'une certaine manière c'est ce que nous devons espérer", a-t-il déclaré dans une interview pour AUTO, le magazine de la FIA. "Nous voulons voir revenir l'environnement extrêmement dynamique et diversifié du sport automobile auquel nous sommes habitués. Toutefois, il faudra le gérer avec beaucoup de prudence."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La F1 veut mettre en place une "biosphère" pour débuter la saison

"Lorsque nous examinons des éléments tels que le Code Sportif International et le calendrier sportif international, l'approche doit être flexible. Il est essentiel que nous donnions la priorité à l'organisation des événements. Ce qui serait contre-productif serait de s'impliquer dans des guerres de territoire. Ne nous engageons pas dans des querelles pour savoir qui aura quel créneau horaire et quels accords préalables pourraient avoir cours. Cette approche ne fonctionnera pas."

Pour Stoker, les championnats pourraient travailler ensemble sur des méthodes en vue du moment de la reprise, potentiellement en partageant les circuits lors des week-ends de course. "La principale priorité est de relancer le sport automobile et si cela signifie des 'super week-ends' avec de multiples événements, en coopération et avec souplesse, pourquoi pas ? Il est très important de mettre en place des événements de base ou des événements nationaux de niveau moyen, afin que la confiance revienne."

"Le sport automobile doit s'unir et nous devons faire preuve de flexibilité en termes d'événements et de lieux et sortir des sentiers battus afin de relancer les choses d'une manière spectaculaire qui suscitera évidemment l'intérêt du public. Nous devons également démontrer que le sport automobile reste pertinent et exerce une influence positive, par ses messages et ses actions."

Dans un message adressé à ses clubs membres, le président de la FIA Jean Todt, a déclaré qu'il espérait que les enseignements tirés de la reprise de la saison de F1 en Autriche pourraient servir pour les niveaux inférieurs du sport automobile. "Nous espérons pouvoir redémarrer la saison cet été avec le premier Grand Prix en Autriche le week-end du 3 au 5 juillet", a déclaré Todt. "Nous pourrons partager avec vous tous les enseignements et les processus permettant de gérer le sport automobile sous les restrictions liées au COVID-19 afin de relancer toutes nos compétitions et le sport automobile de base le plus rapidement possible."

À lire aussi