Vos fils "appartiennent à la patrie": la réponse d'un gouverneur russe aux appels de mères de soldats

Un soldat russe devant un immeuble d'habitation détruit par des bombardements à Volnovakha, est de l'Ukraine, le 11 avril 2022
 - Alexander NEMENOV © 2019 AFP
Un soldat russe devant un immeuble d'habitation détruit par des bombardements à Volnovakha, est de l'Ukraine, le 11 avril 2022 - Alexander NEMENOV © 2019 AFP

Une réponse clinglante à un appel désespéré. Le gouverneur de la région d'Irkoutsk, Igor Kobzev, a répliqué que les soldats russes partis au front "appartiennent à la patrie", en réponse à l'appel de mères inquiètes d'être sans nouvelles de leur fils, lors d'une rencontre jeudi.

"Depuis des temps immémoriaux, les femmes ont toujours élevé leurs fils dans l'esprit patriotique, dans l'esprit de défense de leur pays", a rappelé l'officiel russe.

Il évoque ensuite une anecdote personnelle ayant valeur d'exemple pour les mères qui l'écoutent, dont certaines sont émues aux larmes.

"Quand j'ai rejoint l'académie militaire, ma mère a dit une phrase merveilleuse: 'à partir de maintenant, tu ne m'appartiens plus. Tu appartiens à l'État, à la patrie. Avec respect et avec une grande compréhension, je confie un garçon de 18 ans aux forces armées et tu deviens un homme de l'État'", affirme-t-il.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des vidéos pour interpeller Poutine

Depuis plusieurs semaines, des vidéos de mères russes inquiètes circulent sur les réseaux sociaux. Sans nouvelles de leur fils ou de leur mari depuis des semaines, elles demandent à en savoir plus sur ce qu'ils font et réclament qu'ils combattent dignement.

"Vladimir Poutine, vous êtes un homme ou pas? Aurez-vous le courage de nous rencontrer directement, ouvertement?", interpelle notamment Olga, fondatrice du "Conseil des mères et des épouses".

Le Kremlin a ordonné une mobilisation partielle en septembre, promettant dans le même temps qu'aucun homme mobilisé ne sera envoyé en première ligne. Pourtant, alors que le conflit s'enlise, 80.000 des 300.000 hommes mobilisés depuis deux mois se trouvent actuellement dans des zones de combat, selon des chiffres de l'armée russe.

Les informations remontant sur les conditions de vie des soldats russes font par ailleurs état d'un sous-équipement, d'un manque de vêtements chauds et de nourriture. Contrairement aux engagements de Moscou, certains hommes sont aussi utilisés comme chair à canon.

Signe que le pouvoir prend ces appels au sérieux, Vladimir Poutine doit pour la première fois rencontrer ce vendredi des mères de militaires envoyés en Ukraine.

Article original publié sur BFMTV.com