La FIM cherche "des dates alternatives" pour la course d'Austin

Oriol Puigdemont
motorsport.com

Le président de la Fédération internationale de motocyclisme estime que les chances de courir à Austin, où le GP des Amériques est prévu début avril, "sont très faibles", si bien que des solutions de remplacement sont d'ores et déjà à l'étude. En ce sens, la fédération n'exclut pas de concentrer deux courses le même week-end (sur le même circuit) si jamais il fallait compenser le report de manches difficiles à reporter, ou d'aller courir dans un nouveau pays.

Lire aussi :

Coronavirus - Le point sur le bouleversement des calendriers

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Après l'annulation de la première course MotoGP de la saison, qui aurait dû avoir lieu le week-end dernier au Qatar, et le report du deuxième rendez-vous du calendrier, prévu en Thaïlande la semaine prochaine et décalé au 4 octobre, une version modifiée du calendrier a été dévoilée par les instances dirigeantes du MotoGP, laquelle apparaît cependant encore provisoire au vu de la situation évolutive que chacun connaît sur le front du coronavirus.

Le Grand Prix des Amériques, prévu pour le 5 avril, figure désormais comme prochain rendez-vous de la saison, le premier pour la catégorie MotoGP. Cependant, la quarantaine imposée par l'Italie à un quart de sa population et le fait que l'état d'urgence ait été déclaré à Austin il y a quelques jours génèrent de plus en plus de doutes sur la tenue de l'épreuve. Une décision est attendue d'ici à la fin de la semaine, une certaine marge étant nécessaire afin que le matériel puisse être expédié au non au Texas, mais avant même ce verdict le président de la FIM lui-même estime que les chances de courir sur le COTA dans moins d'un mois sont faibles, à tel point que les parties impliquées tentent déjà de trouver d'autres dates afin de reprogrammer l'épreuve.

"Les chances que le Grand Prix des Amériques ait lieu le 5 avril sont très minces. Quoi qu'il en soit, nous travaillons déjà afin de trouver des dates alternatives pour la course à Austin. Mais en ce moment, les choses évoluent si vite que nous ne pouvons pas en dire plus", a déclaré Jorge Viegas au micro de Catalunya Ràdio.

"Pas de tabous" et de la flexibilité

Le MotoGP doit réglementairement compter un minimum de 13 courses pour que la saison soit validée. À ce stade, Jorge Viegas ne doute pas que ce minimum sera atteint et dépassé, même si cela implique que des mesures quelque peu extrêmes doivent être prises. Il évoque ainsi, comme l'a fait Carmelo Ezpeleta il y a quelques jours, l'hypothèse de courir à huis clos − un choix déjà fait par Bahreïn afin de maintenir le Grand Prix de Formule 1 la semaine prochaine −, mais aussi d'autres options.

Lire aussi :

La Dorna a envisagé un vol spécial depuis Nice pour courir au Qatar

"En ce moment, j'ai une confiance totale dans le fait que le championnat comptera plus de 13 courses. Si nous devons courir en janvier, nous le ferons. Nous pouvons organiser deux Grands Prix le même week-end ou courir à huis clos. Tout cela [est possible] s'il n'y a pas d'autre solution. Dans la situation actuelle, il n'y a pas de tabous. Il faut être flexible et avoir de l'imagination", explique-t-il.

Et le président de la FIM n'exclut pas non plus que l'une de ces épreuves ait lieu au Portugal, même si le pays ne figure pas au calendrier initialement défini pour cette saison. "Portimão est un circuit de réserve, il est là tout comme Estoril. Il n'y a pas de restrictions au Portugal", souligne-t-il. Le Portugal n'a plus accueilli le MotoGP depuis 2012, date du dernier Grand Prix organisé sur le circuit de l'Estoril, cependant le WorldSBK a continué à faire étape à Portimão ces dernières années, à la seule exception de la saison 2016.

À lire aussi