Finale: finalement, de gros dégâts (matériels) au Groupama Stadium

RMC Sport

"C’est moins violent que leurs homologues parisiens en avril 2017, mais ce n’est vraiment pas joli…" Tel est le commentaire d’un habitué du Groupama Stadium qui effectue ce jeudi après-midi le constat d’huissier de sortie, débuté sitôt la finale Atlético de Madrid - Marseille (3-0) terminée mercredi soir. Le même constat d’huissier d’entrée avait été rédigé il y a dix jours au moment où l’UEFA prenait possession du stade.

Dépôt de quatre plaintes

Car si tout s’est bien passé au niveau humain - grâce notamment au dispositif sans précédent de 1250 policiers et gendarmes déployés, le double utilisé pour la Fête des Lumières à Lyon qui draine 1,8 million de personnes - le stade a bien été endommagé: "105 sièges doivent être changés (30 cassés et le reste abîmés en partie et inutilisables), quelques distributeurs de savon ont été explosés et beaucoup d’autocollants ont été placardés partout, notamment sur les immenses statues représentant des lions sur l’esplanade", détaille Xavier Pierrot, le stadium manager du club qui sort de l’hôtel de police de Lyon où il est allé déposer quatre plaintes: trois nominatives et une contre X.

Même la toiture a été atteinte: "Il y a des impacts consécutifs aux jets de fumigènes dans le stade, avec notamment des câbles électriques détériorés", constate, amer le patron du stade. Un stadier n’a pas peur des...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages