La Finlande remporte « son » Mondial face au Canada

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La Finlande a remporté le mondial (4-3). Ici en avril. (B. Papon/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Grâce à un but de Sakari Manninen en prolongation, la Finlande a remporté ce dimanche à Tampere le Championnat du monde de hockey sur glace face au Canada (4-3 a.p.), trois mois après avoir été sacrée championne olympique.

La Finlande plus que jamais sur le toit du monde. Sacrés champions olympiques à Pékin cet hiver, les « Leijonat » ont battu le Canada en finale de « leur » mondial (4-3 a.p.) à Tampere, ce dimanche, pour devenir la deuxième sélection de l'histoire (après la Suède en 2006) à remporter les deux titres internationaux possibles lors d'une même année.

lire aussi

Le tableau final du Mondial

Pourtant, ce sont les Canadiens qui ont ouvert la marque, en début de deuxième période, grâce à Dylan Cozens qui, d'un tir sans contrôle sur une passe de Matt Barzal, a trompé Jussi Olkinuora. Les Finlandais n'avaient jusque-là concédé aucun but en infériorité numérique du tournoi.

À l'entame du troisième tiers, une faute sifflée contre Cole Sillinger, alors que la Finlande évoluait déjà à 5 contre 4, a permis à Mikael Granlund de remettre les deux équipes à hauteur. Les arbitres reprochaient au centre des Columbus Blue Jackets une crosse haute, mais au visionnage des ralentis, il s'est avéré que c'est la propre crosse de Miro Heiskanen qui est parvenue à son visage. Chris Driedger, blessé sur l'égalisation, a laissé sa place dans la cage à Matt Tomkins et sur la même pénalité, Granlund, encore lui, a donné l'avantage aux « Leijonat », avant que Joel Armia ne creuse l'écart.

Survoltés, les Canadiens vont revenir au score grâce à deux buts coup sur coup de Zach Whitecloud et Max Comtois. Un effort réduit à néant par une faute du capitaine Thomas Chabot en prolongation : à 4 contre 3, Sakari Manninen inscrira le but en or.

3

Vainqueur de la Coupe Stanley avec les Detroit Red Wings en 2008 et champion olympique à Pékin cet hiver, le capitaine Valtteri Filppula est le premier Finlandais de l'histoire à intégrer le « Triple Gold Club » (NHL-Jeux Olympiques-Mondial).

Les Tchèques en bronze

À bout de souffle, les États-Unis ont craqué lors de la petite finale face à la République tchèque (8-4). Les Américains, qui n'évoluaient qu'avec quatre défenseurs, ont pourtant terminé le premier tiers en tête, grâce à un doublé de Karson Kuhlman (Seattle Kraken/NHL) et une réalisation d'Adam Gaudette (Sénateurs d'Ottawa).

Mais ils ont ensuite encaissé six buts d'affilée, dont cinq lors de la troisième période, avant que le jeune joueur des San Jose Sharks Thomas Bordeleau ne stoppe l'hémorragie. À 30 secondes de la fin, David Pastrnak, qui avait rejoint sa sélection après l'élimination des Boston Bruins au premier tour des play-offs de NHL, a complété un tour du chapeau. Grâce à cette victoire, les Tchèques décrochent leur première médaille au Championnat du monde depuis 2012.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles