Des fins de saison en roue libre quand le PSG est déjà champion

Au printemps 2019, les Parisiens Marquinhos et Paredes avaient été malmenés par le Nice de Saint-Maximin. (A. Mounic/L'Équipe)

Une fois le titre officialisé, comme c'est le cas depuis le week-end dernier, le PSG a eu une tendance, ces dernières années, à se démobiliser. Et ce vendredi, à Strasbourg ? (21 heures)

Un sacre du Paris-Saint-Germain à quelques journées de la fin peut s'avérer une aubaine pour ses derniers adversaires. Dans un passé récent, les Parisiens ainsi titrés n'ont pas toujours étalé la même énergie au moment de conclure la saison, parfois davantage pressés de filer en congés que déterminés à finir en beauté. Strasbourg ce soir, puis Troyes le 8 mai, bénéficieront-ils de la même clémence que Montpellier, victorieux 3-2, ou Nice (1-1) au printemps 2019 ?

lire aussi
Les moments forts du 10e sacre parisien

Le titre de 2020 excepté (puisque obtenu pendant le confinement), les deux dernières fois où le PSG a été champion à quatre ou cinq journées du terme de la saison auront vu le club de la capitale bâcher les matches comme on expédie les affaires courantes.

Sacrés lors de la 33e journée lors des exercices 2017-2018 et 2018-2019, les Parisiens ont vu ensuite leur moyenne de points chuter de façon vertigineuse : 1,2 et 1,4 point par match lors des cinq dernières journées, contre 2,6 et 2,55 sur les trente-trois premières. Après avoir été titrés lors de leur large victoire sur Monaco (7-1), le 15 avril 2018, ils avaient fait le métier, le match d'après, lors de la réception de Bordeaux (1-0) mais n'avaient plus gagné une seule rencontre ensuite.

Un an plus tard, ce ne fut pas beaucoup plus glorieux : deux succès, à Angers (2-1) et contre Dijon (4-0), mais surtout deux défaites, à Montpellier (2-3) et à Reims (1-3), pour la dernière journée.

L'exception 2015-2016
Cette manière de se relâcher une fois que les jeux sont faits a même trouvé un prolongement la saison du titre de Monaco, en 2017, quand Paris savait qu'il ne pourrait plus le rattraper. Le match nul concédé lors de l'ultime journée contre Caen (1-1, le 20 mai 2017), avait permis aux Normands d'éviter la place de barragiste et de se maintenir en L1.

lire aussi
Programme de la 35e journée

Cette attitude un brin désinvolte n'a cependant pas toujours été celle du PSG : lors de la saison 2015-2016, le titre de champion avait été officialisé le 14 mars 2016 par une victoire mémorable à Troyes (9-0).

Guidés par Zlatan Ibrahimovic, les Parisiens n'avaient quasiment rien lâché en route, sinon quelques miettes. Ils étaient habités par le désir de battre le plus de records possible, du nombre de points glanés sur une saison (96) à celui de l'écart avec leur dauphin (31) en passant par le plus petit nombre de buts encaissés (19). Le problème, cette année, c'est que Paris n'a pas grand-chose à conquérir. À part, peut-être, un soupçon de fierté.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles