La folie Paire stoppée par la pluie à Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Benoit Paire et Ilya Ivashka. (N. Luttiau/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le match entre Benoît Paire et le Biélorusse Ilya Ivashka a été interrompu par la pluie dans une ambiance digne d'un match de football.

La pluie fait des siennes du côté de Roland-Garros. Le match entre Benoît Paire et Ilya Ivashka a ainsi été interrompu. Mais cela pourrait profiter au Français, qui était mené 6-3, 1-2. Surtout, l'Avignonnais sait maintenant qu'il pourra compter sur un public chaud bouillant.

« Je fais un début de saison catastrophique »

Alors qu'il débarquait à Roland-Garros après un début de saison compliqué (sa victoire à Genève face à Emil Ruusuvuori a mis fin à onze défaites consécutives), le Français, débarqué Porte d'Auteuil dossard 78, avait promis aux spectateurs de prendre leur pied ce lundi face au Biélorusse Ilya Ivashka, 50e joueur mondial : « Je fais un début de saison catastrophique, avait-il posté sur son compte Instagram. Je ne suis pas à mon top mentalement, mais passons un moment incroyable ensemble !! Je vous promets pas le plus beau match de tennis de votre vie, mais qu'on mette le feu à ce court et qu'on kiffe !!! »

lire aussi

Qualifié pour le Masters 1 000 de Madrid, Benoît Paire revit après sa crise de résultats

Alors, le court Simonne-Mathieu a-t-il brûlé ? Avec une température qui avoisinait les 15 °C vers 21 h, heure à laquelle le Français tout d'orange vêtu plaçait une énorme accélération de revers sur le service de son adversaire dans le vacarme des cornes de brume et les « Allez Benoît, tes supporters sont là ! » hurlés par la foule.

« On est chez nous ! »

Réponse : clairement oui, même si le Biélorusse au t-shirt noir façon haut de pyjama refroidissait l'atmosphère en breakant le Français à 2-0 et en empochant la première manche 6-3. « On est chez nous ! » retentissait dans les tribunes, provoquant l'irritation d'Ivashka, peu habitué à pratiquer son sport dans une ambiance digne du virage Auteuil du Parc des Princes.

À 21 h 40, la pluie interrompait les débats alors que Ivashka passait derrière le filet pour demander à Paire de calmer ses ultras, le Français menant alors 2-1.

lire aussi

Le tableau du simple messieurs

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles