Foot - ALL - Allemagne : le Hertha, un « FC Hollywood » sur la scène berlinoise

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le futur club de Lucas Tousart, qui reçoit son voisin l'Union vendredi (20 h 30), en Championnat, a récemment multiplié les épisodes chaotiques sur et en dehors des terrains.« FC Hollywood » a longtemps été le surnom du Bayern Munich, notamment à la fin des années 1990, lorsque le club bavarois multipliait les frasques à tous les étages. Mais depuis quelques mois, en Allemagne, c'est plutôt le Hertha Berlin, opposé vendredi à (20 h 30) son voisin l'Union, en Championnat d'Allemagne, qui défraie régulièrement la chronique.La venue de Jürgen Klinsmann comme entraîneur, à l'automne 2019, semblait afficher les ambitions et l'appétit d'une formation désormais financée par l'investisseur allemand Lars Windhorst (à la fortune estimée à 800 millions d'euros). Mais l'ancien sélectionneur de la Mannschaft (de 2004 à 2006) a claqué la porte au bout de soixante-seize jours, furieux de ne pas bénéficier de pouvoirs plus larges.Labbadia nommé en plein confinementLa semaine passée, l'arrivée de Jens Lehmann comme nouvel homme fort du secteur sportif n'a pas suscité un engouement débordant aux abords du stade Olympique - la venue dans le même temps de Marc Kosicke, l'agent des coaches de Liverpool, Jürgen Klopp, et du RB Leipzig, Julian Nagelsmann, pour structurer davantage le secteur sportif, a moins fait débat.La réputation de l'ancien gardien d'Arsenal ne plaide pas en faveur d'un retour imminent à la sérénité dans les rangs du Hertha. Escorté par une réputation d'homme à frasques depuis sa carrière de gardien, Lehmann a récemment proposé de finir la saison avec plusieurs milliers de spectateurs dans chaque stade. « À l'Allianz-Arena (à Munich), qui accueille habituellement 75 000 spectateurs, pourquoi ne pas permettre à 20 000 fans d'assister au match en les séparant les uns des autres d'une dizaine de sièges ? », avait-il suggéré sur la chaîne Sport1. Une idée qui a suscité beaucoup de critiques en Allemagne, retenant l'impression que Lehmann ne prenait pas la pandémie de Covid-19 au sérieux.Lors de la reprise de la Bundesliga le week-end dernier, les joueurs de Labbadia ont été les rares à ne pas respecter les consignes sanitaires lors de la célébration de leurs buts sur la pelouse de Hoffenheim (3-0), en se prenant mutuellement dans les bras, comme si de rien n'était. Le technicien allemand a mis de l'huile sur le feu en prenant la défense de ses hommes. « Il faut comprendre la réaction de mes joueurs : le foot vit de ses émotions, nous ne sommes pas à la messe », a-t-il plaidé.Ce soir, face à son voisin et rival Union, l'émotion devrait encore jouer un rôle prépondérant. Une victoire permettrait au Hertha de se rapprocher à grands pas du maintien et de planifier la saison prochaine. Pour le Lyonnais Lucas Tousart, il sera ensuite temps de découvrir le FC Hollywood sauce berlinoise.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi