Foot - ALL - Bayern - Alphonso Davies (Bayern) appelle à soutenir les réfugiés

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le défenseur du Bayern Munich Alphonso Davies a déclaré qu'il espérait renforcer le soutien aux réfugiés dans le monde entier après être devenu le premier footballeur à être nommé ambassadeur de bonne volonté de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés. Alphonso Davies a été nommé ambassadeur de bonne volonté de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, une première pour un footballeur. Le latéral gauche du Bayern Munich est né de parents libériens dans un camp de réfugiés au Ghana, où il a passé cinq ans avant de s'installer au Canada. Le joueur de 20 ans a rejoint le Bayern en 2018 et a joué un rôle clé dans l'équipe qui a remporté la Ligue des champions et la Bundesliga la saison dernière.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Mes propres expériences me donnent envie de parler en faveur des réfugiés, de partager leurs histoires et d'aider à faire la différence, a déclaré Davies sur le site du Bayern. Je veux que les gens sachent à quel point il est important d'aider les réfugiés, où qu'ils soient. Les réfugiés ont besoin de notre soutien pour survivre, mais aussi d'un accès à l'éducation et au sport, afin qu'ils puissent réaliser leur potentiel et s'épanouir véritablement. » « Je veux que mon histoire donne de l'espoir à d'autres réfugiés » Davies a déclaré qu'il était reconnaissant que ses parents aient fui le Liberia pendant la guerre civile et qu'il voulait que son histoire inspire les réfugiés. « Dans cette situation, il n'y a que deux possibilités, soit faire partie de la guerre, soit en sortir, a déclaré Davies, cité par la BBC. Mes parents n'avaient pas l'intention de porter des armes et de tirer des coups de feu. Je suis heureux qu'ils aient choisi de s'en sortir. Je n'oublierai jamais d'où je viens et je veux que mon histoire donne de l'espoir et de l'enthousiasme à d'autres réfugiés pour qu'ils se disent : ¨S'il peut le faire, je peux le faire aussi.¨ »