Foot - ALL - Bundesliga : un protocole très strict pour la reprise des matches à huis clos

L'Equipe.fr
L’Equipe

Alors que la Bundesliga reprend ce samedi, la tenue des rencontres à huis clos suit un protocole sanitaire précis afin d'éviter la propagation du coronavirus. Nous l'avons reconstitué. Deux mois après l'arrêt de la compétition à cause du coronavirus, les stades de football reprennent vie ce samedi en Allemagne, mais leur renaissance s'annonce forcément incomplète. Hormis sur le terrain, où deux équipes courront toujours derrière un ballon, il sera difficile de reconnaître la Bundesliga habituelle, avec ses 40 000 spectateurs en moyenne par match et ses vendeurs de saucisses grillées. Pour permettre la reprise tout en évitant la propagation du Covid-19, la Ligue allemande s'est résolue à l'organisation de rencontres à huis clos, qui figure dans le protocole sanitaire présenté au gouvernement. Dortmund, le mur du silence C'est à partir de ce document de 51 pages, revu plusieurs fois et complété par d'autres recommandations, qu'est bâtie l'organisation de toutes les journées de D1 et de D2. Il y est consigné le nombre de personnes autorisées à accéder au stade, leur fonction, leur emplacement, et même leurs heures de présence. Des joueurs aux agents d'entretien en passant par les arbitres et les techniciens de la télévision, cela représente un maximum de 322 individus présents au coup d'envoi. Tous doivent se soumettre à une prise de température à leur arrivée et sont répartis équitablement en trois zones. Sabbatier (beIN Sports) : « Un commentaire plus sobre » « Le but ne peut pas être de garantir une sécurité de 100%, avertit la Ligue. Il s'agit, en regard de la dimension du football et de l'évolution de la pandémie, de présenter un risque médical acceptable.» De quoi permettre la tenue des 82 matches de Bundesliga restants. Calendrier et résultats de la Bundesliga 98 personnes (22 joueurs, 3 photographes, 4 ramasseurs de balle, 4 membres de la sécurité, 5 officiels, 15 techniciens du VAR, 3 membres du service d'hygiène, 4 membres du service médial, 18 remplaçants et 20 membres des staffs des clubs). 115 personnes (journalistes, service d'hygiène, techniciens pour la diffusion, pompiers, police, délégation de club...) 109 personnes (personnel d'organisation et de sécurité, techniciens pour la diffusion, jardiniers...) Les joueurs ont des règles très strictes à suivre Testés au Covid-19 deux fois dans la semaine, et obligatoirement la veille de la rencontre, ils sont attendus au stade une heure et demie avant le coup d'envoi, après avoir été transportés dans suffisamment de véhicules pour assurer la distanciation. Le port du masque est obligatoire. Les titulaires se changent en premier, puis les remplaçants. Plusieurs pièces peuvent être utilisées si la taille du vestiaire n'est pas suffisante. Après 40 minutes d'utilisation maximum, le vestiaire est désinfecté. La distanciation sociale devant être observée jusqu'au coup d'envoi, les poignées de main sont interdites, comme les photos d'équipe, les cérémonies et les mascottes de club. Sur le banc, les remplaçants doivent laisser une ou deux places vides entre eux. Si l'espace manque, ils peuvent se répartir en tribune ou porter un masque. Le long de la touche, des bouteilles individualisées sont à disposition. Aucun aménagement du jeu n'est prévu, ni de port du masque sur le terrain, mais la Ligue a précisé aux clubs que les accolades après les buts doivent être évitées, éventuellement remplacées par une célébration avec les coudes ou les pieds. Les crachats sont proscrits, les échanges de maillot aussi. Des interviews peuvent être réalisées derrière une vitre en plexiglas après les matches. En revanche, le passage devant les médias en zone mixte est supprimé. Les joueurs sont invités à se doucher chez eux ou à l'hôtel. Environ 90 minutes après le coup de sifflet final, la plupart d'entre eux ont quitté le stade. Seuls restent les joueurs devant passer au contrôle antidopage. Les autres aussi Ils doivent théoriquement porter un masque pendant la rencontre. Ils peuvent cependant l'abaisser afin de donner des consignes intelligibles, à condition de respecter une distance minimale dans la zone technique. Leur identité n'est dévoilée que le jour du match, au lendemain de leur dépistage au virus. Pendant la rencontre, l'arbitre est invité à rappeler les règles sanitaires en cas de manquement avant de sanctionner. Hormis le quatrième officiel, ils ne portent pas de masque, au contraire des assistants du VAR, séparés par des cloisons en studio. Priorité est donnée aux diffuseurs télé (Sky, DAZN, ARD pour l'Allemagne), qui représentent un contingent de 23 places, pour 10 journalistes de la presse écrite. Il s'agit des membres des services d'organisation (gardiens, jardiniers, antidopage), de sécurité (pompiers, police, stadiers) et d'hygiène (désinfection, nettoyage). Les jardiniers sont les premières personnes autorisées à accéder au terrain, sept heures et demie avant le coup d'envoi. Ils ne peuvent proposer qu'une délégation très réduite : 8 personnes pour le club organisateur, 4 pour le club visiteur. Les places peuvent être offertes à des personnes extérieures. Au nombre de quatre et âgés d'au moins 16 ans. Consigne leur est donnée de se laver les mains régulièrement. Les ballons sont désinfectés avant et pendant le match. Au-delà de l'enceinte du stade commence l'espace public, dont les clubs ne sont plus responsables. Des forces de police sont déployées par les autorités locales, notamment pour prévenir les rassemblements de supporters, qui forment un motif pour arrêter les rencontres. Oliver Kahn ne souhaite pas voir la Bundesliga prendre les mêmes décisions que la Ligue 1

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi