Foot - Amateurs - Alain Sars dénonce l'« agression ignoble » d'une arbitre

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Alain Sars, directeur technique adjoint de l'arbitrage à la FFF, s'est ému de l'agression physique et verbale dont a été victime une jeune arbitre dans le Val-d'Oise, il y a huit jours. Le terrain de la pépinière, à Pontoise, a été le théâtre de scènes d'une rare violence, le dimanche 11 octobre, lors d'une rencontre U18 entre la JS Pontoisienne et le FC Ecouen, comme l'a relaté le blog ''arbitrez-vous''. On y a appris notamment que l'arbitre Nada Benmerieme avait été violemment agressée par un joueur de Pontoise qu'elle avait expulsé un peu plus tôt pour avoir insulté un adversaire. Lors de son exclusion, il avait également proféré des insultes à l'adresse de la jeune femme de 19 ans.

Avant cela, le blog explique qu'elle avait averti un dirigeant du club local avant de l'expulser, ce dernier refusant dans un premier temps de quitter le banc. Le match n'est pas allé à son terme (arrêt la 75e) après l'intrusion sur le terrain d'un autre dirigeant de Pontoise et du joueur expulsé qui aurait alors asséné un coup de coude à l'arbitre. Des faits dont Alain Sars, directeur technique adjoint de l'arbitrage à la FFF, a pris connaissance seulement ce lundi : « J'ai découvert l'affaire aujourd'hui par les médias, c'est bizarre et dommageable. Là aussi, on a des choses à améliorer dans notre communication interne. »
lire aussi Un joueur amateur suspendu 25 ans pour avoir frappé un arbitre Il a pris immédiatement contact avec Nada Benmerieme et se dit agréablement surpris par « sa force de caractère. Avoir surmonté ce grave incident comme elle le fait m'impressionne puisque dès ce week-end, elle a de nouveau arbitré, un match féminin. Elle m'a dit que cela avait été beaucoup plus facile, elle a beaucoup d'humour. La commission de discipline va prendre en compte les éléments qui lui ont été fournis mais on est vraiment solidaire de cette ''gamine'' après cette agression ignoble. » Alain Sars On constate un recul du nombre de cas. En revanche, ils sont plus violents. « On ne peut pas cautionner de tels actes même si on constate depuis quelque temps, grâce à un outil qui recense les actes de violence, un recul du nombre de cas, poursuit-il. En revanche, ils sont plus violents. Un homme qui frappe une gamine de 19 ans, on ne pouvait pas imaginer que cela puisse se produire. On est inquiets car ce n'est déjà pas évident de recruter et ce genre d'agression n'aide pas même si en deux ans, on est passé de 800 jeunes femmes arbitres à 1100. » Contactée, Nada Benmerieme ne souhaite pas s'exprimer tant que la commission de discipline ne s'est pas réunie mais elle a d'ores et déjà porté plaine. Les dirigeants de la JS Pontoisienne n'ont pu être joints mais ils ont publié ce lundi en fin d'après-midi sur leur compte Facebook un communiqué pour présenter leurs excuses et annoncer des sanctions à venir au sein du club.