Foot - ANG - 32e j. - Angleterre : battu par Palace, Arsenal a hypothéqué ses chances d'accrocher la Ligue des champions

L'Equipe.fr
La lourde défaite (3-0) concédée lundi chez son voisin Crystal Palace enterre sans doute les dernières chances d'Arsenal de participer pour la 20e fois consécutive à la Ligue des champions.

La lourde défaite (3-0) concédée lundi chez son voisin Crystal Palace enterre sans doute les dernières chances d'Arsenal de participer pour la 20e fois consécutive à la Ligue des champions. Il faudrait un miracle à Arsenal pour se qualifier pour la Ligue des champions. Et sans doute un autre pour qu'Arsène Wenger sauve sa place sur le banc des Gunners. Lui qui l'a envoyé dix-neuf saisons de suite en C1 ne doit plus se faire d'illusions sur les chances de son équipe de rattraper le Big Four : après la lourde défaite concédée lundi soir au Crystal Palace de Sakho et Cabaye (3-0), Arsenal (6e) compte en effet sept points de retard sur la 4e place de Manchester City, la dernière qualificative pour la Champion's (tour de barrage). "Wenger dehors"Les pancartes "Wenger ça suffit" et "Wenger dehors" sont ressorties dans les dernières minutes au Selhurst Park. Comme si ce match perdu avait concentré toutes les frustrations des fans et fait atteindre un point de non-retour au mariage vieux de 21 ans entre l'équipe de Londres et son entraîneur alsacien, arrivé en 1996. Sur son banc, il a eu l'occasion plusieurs fois de se prendre la tête entre les mains. Y compris sur le penalty du 3e but, sévère pour Bellerin et Martinez, la doublure de Cech, transformé par Milivojevic (68e).Mais à cet instant, Arsenal avait déjà perdu le match. Privé de Koscielny en défense et animé par un Özil qui a disparu au fil des minutes, les Gunners ont vite craqué sur une action initiée par Cabaye côté droit, relayée par Zaha et conclue de près par Townsend (17e). Sakho s'est ensuite illustré dans les deux surfaces par un coup de tête offensif (29e) et un sauvetage devant Sanchez (32e), mais c'est l'autre Français de Palace, Cabaye, qui a fait le break sur un bijou de frappe lobée (63e). Arsenal pleure la C1 tandis que l'équipe d'Allardyce peut respirer : son exploit du soir la place à six points de la relégation.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages