Foot - ANG - Arsenal - Arsenal : Les détracteurs d'Arsène Wenger abolissent les frontières du «Wenger Out»

L'Equipe.fr

Alors qu'Arsène Wenger doit encore faire connaître sa décision de prolonger, ou pas, son bail à Arsenal, les panneaux portant le message «Wenger Out» - devenu un hashtag #WengerOut sur Twitter - fleurissent dans le monde. Vrais ou fakes, ils sont une preuve du désamour des fans pour leur entraîneur.De Londres à Wellington, de Californie en Arabie Saoudite, un destin semble unir ces fans des Gunners : celui d'Arsène Wenger. Plus contesté que jamais, le manager français d'Arsenal ménage encore le suspense quant à son avenir : accepter une proposition de prolongation ou partir, après vingt années à la tête de l'équipe londonienne.Si «tout est très clair» dans la tête de l'Alsacien, qui laisse entendre qu'il va continuer puisqu'il refuse de songer à la retraite, le front des anti-Wenger grossit.Wenger : «Ma pire période en vingt ans»Pourquoi il doit rester ou partirEn Angleterre, cela dure depuis plusieurs saisons, au fil de printemps sans trophée majeur ou presque – trois coupes nationales glanées sur les treize dernières années. Mais les messages ne se limitent plus à Colney, le centre d'entraînement des Gunners, à l'Emirates ou aux rues adjacentes, où une nouvelle manifestation était prévue ce mercredi avant le match contre West Ham.Une campagne de financement participatif a même été lancée pour financer les rassemblements de supporters hostiles à Wenger, et acheter drapeaux et panneaux...Magie (ou pas) des réseaux sociaux, le slogan «Wenger Out» (Wenger Dehors, s'il était besoin de traduire) est devenu ces derniers jours un mot d'ordre mondialisé, affiché dans des endroits improbables : une réunion de catch, un match de qualifications à la Coupe du monde 2018 de la Nouvelle-Zélande joué devant à peu près personne, un concert à Miami ou une manifestation anti-Trump.Il est bien sûr impossible de vérifier l'authenticité de chacun d'entre eux – les détournements et fake sont trop fréquents sur la Toile. Circule par exemple ce mercredi une capture d'écran du dernier spot de pub de Pepsi avec Kendall Jenner (connue pour faire partie du cercle Kardashian), où l'on aperçoit en arrière-plan un panneau «Wenger Out» - ceci est un faux. Mais plusieurs paraissent au moins vraisemblables.Pour en voir d'autres, sur le site de la BBC ou sur dreamteamfc.com.Ces quelques panneaux font écho à un slogan déjà utilisé la saison passée, alors qu'Arsenal avait rapidement été écarté de la course au titre malgré la faillites des gros (Chelsea, Manchester United ou Manchester City).Ils rappellent aussi la bannière aperçue au-dessus du stade de West Bromwich Albion il y a trois semaines et demie lors d'un déplacement des Gunners. Ce jour-là, un autre étendard, de soutien au manager français celui-ci, avait également traversé le ciel des Midlands. Preuve que le destin d'Arsène Wenger déchaîne les fans, faire planer un tel message coûte tout de même entre 300 et 600 livres (350 à 700 euros).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages