Foot - ANG - Arsenal s'impose dans la douleur à Middlesbrough

L'Equipe.fr
Dans la tourmente, Arsenal devait absolument l'emporter contre le relégable Middlesbrough lundi soir. C'est chose faite même si le contenu ne rassure pas (2-1).

Dans la tourmente, Arsenal devait absolument l'emporter contre le relégable Middlesbrough lundi soir. C'est chose faite même si le contenu ne rassure pas (2-1).Le match n'a pas été grandiose mais Arsenal s'est imposé (2-1) à Middlesbrough, ce qu'il devait faire. Le club londonien, dans la difficulté depuis plus de deux mois, avait besoin de ce succès pour ne pas dire adieu à ses chances d'accrocher une place en Ligue des champions : 17es de Premier League sur les huit précédentes journées (sept points sur 24 possibles), les Gunners se déplaçaient chez la plus mauvaise équipe du championnat sur cette même période (trois points en huit rencontres).Contre cet adversaire abordable, Arsène Wenger a pris des risques en alignant un 3-4-3 presque inédit depuis sa prise de fonction en 1996. La mise en place a connu quelques tâtonnements, notamment sur les ailes. En début de partie, l'arrière gauche de Boro, Fabio, s'est notamment amusé à exploiter les largesses d'un Oxlade-Chamberlain esseulé sur le côté droit, mais le Brésilien a dû quitter ses partenaires après 16 minutes de jeu.Le film du matchLes stars ont fait la différenceDevant, les attaquants et les milieux des Gunners ont eu beaucoup de mal à se trouver. Heureusement qu'il reste les éclairs de génie pour compenser. En fin de première période, Alexis Sanchez a permis à Arsenal de prendre l'avantage. Sur un coup franc à l'entrée de la surface, le Chilien a enroulé du droit et laissé Brad Guzan pantois (42e). A la 71e, c'est Mesut Özil qui a bien exploité bien la remise de Ramsey pour offrir la victoire aux Gunners.Le changement tactique devait mettre fin aux errements défensifs dont sont coupables les Londoniens depuis plusieurs matches. Elle n'a pas empêché les erreurs individuelles. Sur le but de Boro, Holding est mal placé au départ de l'action, Monreal est contraint de jouer au chat et à la souris avec Downing alors que Koscielny oublie Negredo dans la surface (50e). On est donc loin de l'équipe qui visait le titre - Arsenal a encore sept points de retard sur Manchester City, quatrième. Et les anti-Wenger n'ont pas de quoi être rassurés, l'équipe du Français continue de marcher sur des oeufs.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages