Foot - ANG - Mamadou Sakho : «Ils ne pourront remplacer ce qu'ils m'ont pris»

L'Equipe.fr
Dans une interview parue vendredi dans The Guardian , Mamadou Sakho revient sur sa suspension suite à la prise d'un produit pourtant autorisé qui lui a coûté sa participation à l'Euro 2016. Il évoque ses regrets, mais aussi son ambition de retrouver l'équipe de France.

Dans une interview parue vendredi dans The Guardian, Mamadou Sakho revient sur sa suspension suite à la prise d'un produit pourtant autorisé qui lui a coûté sa participation à l'Euro 2016. Il évoque ses regrets, mais aussi son ambition de retrouver l'équipe de France.En avril 2016, Mamadou Sakho était suspendu après avoir été contrôlé positif à un brûleur de graisse, l'higenamine. Blanchi en juillet, cette sanction l'a tout de même privé d'une participation plus que probable à l'Euro 2016 qui se déroulait en France au mois de juin. Dernier rebondissement dans cette affaire, l'UEFA a admis jeudi que le produit incriminé ne figurait pas parmi les substances interdites et que la suspension n'avait donc pas lieu d'être. L'instance a rejeté la faute sur l'Agence mondiale antidopage et une erreur de communication avec ses laboratioires.Dans l'intimité d'une année noireLe défenseur, qui brille actuellement sous le maillot de Crystal Palace, s'est exprimé vendredi dans un entretien avec le Guardian. Le joueur ne cache pas sa frustration, mais il assure vouloir aller de l'avant.«J'ai travaillé si dur pour être prêt à l'Euro, aider mon pays, porter le maillot bleu dans une compétition à domicile. Maintenant ce ne sera plus possible. Quoi qu'ils disent ou fassent, ils ne pourront remplacer ce qu'ils m'ont pris. Mon avocat verra la suite que ça prendra, moi je me focalise sur autre chose. J'ai appris dans la vie que tu ne dois jamais regarder en arrière, et refaire l'histoire dans ta tête. C'est du passé. Toujours se projeter vers l'avenir, vers le prochain défi. C'est la vie.»Ses proches «dévastés»Ce qui a le plus embêté Mamadou Sakho dans cette affaire, c'étaient les répercussions sur son entourage: «Pour moi, le moment le plus difficile a été quand j'ai vu ma mère, ma sœur, mon frère et ma femme en pleurs... Ils ne comprenaient pas la situation. C'était difficile de les voir autant bouleversés. Ils étaient dévastés, mais j'essayais de leur expliquer que je n'avais rien fait de mal et que tout se passerait bien.»Confiant sur l'issue de cette affaire mais convaincu qu'il ne jouerait pas l'Euro, l'ancien Parisien a pris la situation avec philosophie en devenant un supporter des Bleus comme un autre. «Je savais que la suspension signifierait une non-sélection, donc j'ai parlé avec Didier Deschamps et je lui ai promis que j'assisterais à leur premier match et à leur dernier, espérant ce ça soit la finale.» L'histoire avec les Bleus n'est pas terminée pour autant, Sakho espère faire son retour prochainement. «Mon ambition reste de jouer pour mon pays à la Coupe du monde 2018 et retrouver ma place.»Klopp : «Sakho est un excellent défenseur»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages