Foot - ANG - Comment Mamadou Sakho s'est relancé à Crystal Palace

L'Equipe.fr
Privé de matches professionnels pendant 10 mois à Liverpool, Mamadou Sakho a rejoint cet hiver Crystal Palace, à la lutte pour le maintien. En trois semaines, le défenseur central français a séduit tout un club, et s'offre le droit de rêver à un retour en Bleus.

Privé de matches professionnels pendant 10 mois à Liverpool, Mamadou Sakho a rejoint cet hiver Crystal Palace, à la lutte pour le maintien. En trois semaines, le défenseur central français a séduit tout un club, et s'offre le droit de rêver à un retour en Bleus. Être suspendu, perdre sa place dans le groupe France un mois avant l'Euro à la maison, être finalement blanchi et regarder le tournoi depuis son canapé. Puis être écarté du groupe professionnel de Liverpool, ne plus jouer au haut niveau pendant 10 mois. Voilà ce qu'a encaissé Mamadou Sakho avant d'avoir l'opportunité de se relever, en rejoignant en prêt Crystal Palace cet hiver. Passé en un coup de stylo de Liverpool, alors 4e de Premier League, à Palace, 18e et relégable, le défenseur français a fait le pari de marcher à l'ombre des géants pour mieux retrouver la lumière. Une prise de risque pour l'heure récompensée, puisque trois matches lui ont suffi à rappeler à la Premier League quel défenseur était Mamadou Sakho.«Il est en train de montrer qui il est»«Mamad' s'est intégré de façon exceptionnelle au groupe et à l'environnement du club. Il a travaillé extrêment dur pour retrouver sa forme et il est en train de montrer quel défenseur de qualité il est. Le saut qualitatif qu'il nous a fait faire sur ses premiers matches est incroyable», s'extasiait son nouvel entraîneur Sam Allardyce après le troisième succès consécutif de Palace en championnat, le 18 mars dernier (1-0 contre Watford).Au-delà des hommes, les chiffres parlent aussi pour Mamadou Sakho : avant lui, l'équipe de Palace n'était parvenue à garder sa cage inviolée qu'à deux reprises depuis le début de la saison de Premier League. Avec lui, elle a disputé 3 matches, pour 3 victoires et 3 clean sheets (1-0 contre Middlesbrough, 2-0 à West Bromwich Albion et 1-0 contre Watford). De quoi entamer une remontée spectaculaire au classement, où les hommes de Sam Allardyce ont bondi de la 19e à la 16e place avec, en plus, un match en retard par rapport à leurs poursuivants directs. Si Sakho profite aujourd'hui de la reconnaissance qu'il avait perdue à Liverpool, c'est avant tout parce qu'il colle à merveille à ce que recherche en priorité son nouvel entraîneur, Sam Allardyce, pour ses équipes : des garanties défensives. Débarqué sur le banc de Palace en décembre dernier pour succéder à Alan Pardew, "Big Sam", réputé outre-Manche pour les missions sauvetage, avait dès son arrivée donné à ses joueurs joueurs sa recette du maintien en Premier League : «Si on arrive à faire huit ou neuf clean sheets d'ici la fin de saison, on sera sauvés». Depuis sa prise de fonction, Palace en est à 4, dont 3 avec Sakho. Pour atteindre cet objectif, le club a aussi renforcé sa base arrière avec les signatures, à l'hiver, du latéral gauche néerlandais Patrick Van Aanhlot (Sunderland) et du milieu défensif serbe Luka Milivijevic (Olympiakos). Mais c'est bien la renaissance de l'ancien Parisien qui fascine en premier lieu les supporters du club. Ils l'ont d'ailleurs élu à deux reprises homme du match, face à West Browmich Albion (2-0) et Middlesbrough (1-0). Ce n'est donc pas une surprise si Crystal Palace a déjà annoncé, par la voix de son entraîneur Sam Allardyce, qu'en cas de maintien, le club entamerait une «grande négociation» avec les Reds pour conserver Mamadou Sakho. Pas simple puisque, selon les informations du Telegraph, Southampton chercherait à enrôler l'ex-joueur du PSG cet été afin de pallier le départ annoncé du Néerlandais Virgil van Dijk. Ces dernières semaines peuvent légitimement lui donner le droit de rêver à un retour dans le groupe France, qu'il n'a plus fréquenté depuis le 29 mars 2016. Derrière Raphaël Varane, Laurent Koscielny et Samuel Umtiti, la hiérarchie de Didier Deschamps en défense centrale est loin d'être arrêtée et, à 27 ans, Mamadou Sakho a encore largement le temps de s'y refaire une place. «Il faut qu'il trouve une solution pour s'exprimer sur le terrain» s'il veut retrouver les Bleus, disait le sélectionneur en novembre dernier. C'est désormais chose faite à Palace, où Sakho le guerrier, nommé parmi les meilleurs joueurs du mois de mars en Premier League, a repris sa marche en avant. Quelle meilleure occasion qu'un déplacement à Chelsea, leader du championnat (ce samedi à 16h), pour le confirmer ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages