Foot - ANG - Newcastle - Angleterre : la fiancée de Khashoggi demande à la Premier League de refuser le rachat de Newcastle par des Saoudiens

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le possible rachat de Newcastle par un fonds d'investissement saoudien continue de faire polémique. Après beIN Sport et Amnesty International, la fiancée du journaliste assassiné fin 2018 dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul a également alerté la Premier League. Les avocats de Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste Jamal Kashoggi, assassiné fin 2018 dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, ont écrit mardi à la Premier League pour lui demander de s'opposer au rachat de Newcastle par un fonds d'investissement saoudien. « Il ne devrait pas y avoir de place en Premier League et dans le football anglais pour quelqu'un d'impliqué dans des actes aussi abominables, ont-ils souligné. Le standing de la Première Division anglaise et du football anglais en général serait terni » si le feu vert était donné « à ceux qui cherchent à se blanchir et utiliser le football anglais pour améliorer leur image et cacher leurs méfaits ». beIN Sports réclame une enquête sur le possible rachat saoudien de Newcastle Khashoggi, un collaborateur du Washington Post et critique du régime saoudien après en avoir été proche, a été assassiné en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul où il s'était rendu pour récupérer un document. Le prince héritier Mohammed ben Salmane, dit « MBS » - qui dirige le Fonds public d'investissement (PIF) saoudien qui mène le consortium candidat au rachat des Magpies pour 345 M€ - avait été désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire du meurtre. À l'issue d'un procès opaque en Arabie saoudite, cinq Saoudiens avaient été condamnés à mort l'an dernier. Mais il y a un mois, la justice turque avait lancé des poursuites contre vingt personnes dont deux proches de MBS, l'ex-conseiller Saoud al-Qahtani et l'ancien numéro deux du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, identifiés comme les commanditaires du meurtre. Alors que la Premier League doit encore se prononcer sur ce rachat, l'ONG de protection des Droits de l'Homme Amnesty International lui avait déjà écrit la semaine dernière pour dénoncer une tentative de « blanchiment » derrière ce rachat. Le groupe qatari BeIN Sports avait également réclamé une enquête.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi