Foot - ANG - Reportage : à Manchester, le foot est partout

L'Equipe.fr

A quelques heures du derby mancunien, qui se jouera ce jeudi soir (21h00) à l'Etihad Stadium, Peter O'Grady, un guide de Manchester, fait découvrir des lieux insolites de sa ville liés au ballon rond.Ce jeudi soir, comme lors de chaque derby, les rues de Manchester seront vides. Et, une fois que le match entre City et United sera terminé, si le score évite la parité, les fans de l’équipe victorieuse prendront possession du centre-ville pour célébrer leur succès. Un phénomène que Peter O'Grady connaît par cœur : ce Mancunien pure souche, qui ne cache pas son penchant pour les Citizens, voue surtout un amour fou pour sa ville, dont il propose des visites thématiques. Ce guide a accepté de nous emmener dans une promenade originale, axée sur le football, pour montrer que la géographie du ballon rond à Manchester ne se limite pas aux stades, aux musées et aux boutiques.L'hôtel des origines : Santander Bank, 130 Market Street«Aujourd’hui, il y a une banque ici, mais auparavant se tenait le Royal Hotel, où a été fondé le Championnat d’Angleterre, le 17 avril 1888, comme le rappelle une plaque sur un mur. Les dirigeants de la Fédération anglaise (la Football Association) s’étaient vus à Londres la semaine précédente, sans parvenir à un accord, et c’est donc bien à Manchester qu’ils ont créé ce qu’on appelait à l’époque la Football League, qui a été remplacée en 1992 par la Premier League. C’est à Manchester que tout ce bazar a commencé !»Le lieu de perdition : Mercure Manchester Piccadilly Hotel, Portland Street«Dans les années 1960, cet hôtel, qui s’appelle aujourd’hui le Mercure, était considéré comme un établissement de tout premier plan. George Best y avait ses habitudes quand il évoluait à Manchester United (1963-1974). Un soir, il y a commandé du champagne au room-service. Quand le serveur rentre dans la chambre, il découvre Best en compagnie de Miss World, allongés dans un lit couvert de billets de banque. La légende prétend que l’employé de l’hôtel, un fan de United, en voyant ce spectacle aurait déclaré, effaré : "Mister Best, where did it go all wrong ? (1)"».(1) Ce que l’on pourrait traduire par «à partir de quand tout est parti en vrille ?»Le souvenir des excès : Tiger Lounge, 5 Cooper Street«Pour répondre à la question que se posait le serveur de l’hôtel, c’est sans doute ici que tout a commencé à déraper pour George Best, dans ce bâtiment qui abrite aujourd’hui le Tiger Lounge, un bar rétro. Au début des années 1970, Best était propriétaire ici d’un établissement qui s’appelait Oscar’s, en hommage à Wilde, et qui s’élevait sur quatre niveaux. Il y avait là un restaurant, un pub, un night-club et tout en haut des suites que l’on pouvait louer. On peut pudiquement dire que George Best a beaucoup fait la fête ici… C’est au Oscar’s qu’a été prise une célèbre photo où on le voit servir du champagne sur une montagne de coupes entassées…»Le refuge de Canto : The Portico Library, 57 Mosley Street«Cette splendide bibliothèque privée a été fondée au début du XIXe siècle par des riches businessmen de Manchester, qui souhaitaient avoir accès aux meilleurs livres et aux journaux venus de Londres. Encore aujourd’hui, il faut être membre de cette prestigieuse institution pour y emprunter des ouvrages. Un des membres les plus fameux de la Portico Library a été Eric Cantona, quand il jouait à United (1992-1997). Il aimait bien se détendre dans le calme de cet endroit, même si visiblement il n’aimait la manière dont on y accède. En effet, pour entrer dans la Portico Library, il faut sonner à l’extérieur et attendre un peu avant que quelqu’un vous réponde, puis vous ouvre la porte. Parfois Cantona sonnait et, s’il n’entendait pas immédiatement de réponse, il passait son chemin…»La place de la victoire : Albert Square«C’est ici, face à Mairie de Manchester que, traditionnellement, les équipes de Manchester United et Manchester City viennent communier avec leurs supporters après une grande victoire. C’était notamment le cas en 1999, quand les Red Devils avaient célébré leur triplé devant une marée humaine. Généralement, une scène est posée sur la place et à tour de rôle les joueurs s’adressent aux fans avec un micro. Mais, étrangement, ces dernières années, Manchester United a fêté ses succès différemment, plutôt du côté d’Old Trafford. Je ne sais pas si le fait que le maire de Manchester, Richard Leese, soit ouvertement un fan de City, peut expliquer cette évolution…»La mosaïque nostalgique : Affleck's Palace, Tib Street«Depuis le début des années 1980, ce bâtiment, nommé l’Affleck’s Palace, accueille des boutiques branchées, ainsi que des entrepreneurs. C’est un lieu incontournable de la culture alternative à Manchester. L’Affleck’s Palace est aussi connu pour ses mosaïques extérieures, qui ont pas mal changé au fil des années. Celles-ci représentent les personnalités marquantes de l’histoire de la ville et évidemment, à côté des musiciens locaux, on y trouve des footballeurs de Manchester United et Manchester City (mosaïque de gauche). Chez les Red Devils, on reconnaît Cantona et Best, tandis que pour les Blues, il s’agit de grands joueurs de la fin des Sixties et du début des Seventies : Francis Lee (en haut à gauche) et Colin Bell (au centre).»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages