Foot - Angers et Paris FC - Interdiction de recrutement : Angers et le Paris FC vont saisir la commission de recours de la FIFA

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Interdits de recrutement par la commission de discipline de la FIFA en raison du transfert relais suspecté de Kevin Bemanga, Angers et le Paris FC (L2) dénoncent chacun de leur côté mais dans un communiqué rédigé quasiment dans les mêmes termes « une décision infondée, inattendue et disproportionnée ». Interdits de recrutement lors du prochain mercato par la commission de discipline de la FIFA, sanctionnant un transfert relais présumé du milieu de terrain Kevin Bemanga entre le Paris FC (L2) et Angers à l'été 2020, les deux clubs ont chacun dégainé un communiqué, rédigé dans les mêmes termes ce vendredi après-midi. « Effarement » à Angers et au Paris FC « Ce jour, la commission de discipline de la FIFA a sanctionné les clubs français du Paris FC et d'Angers SCO d'une amende de 30 000 francs suisses et d'une interdiction de recrutement pour le prochain mercato en raison d'un ''transfert relais'' suspecté », écrit chaque club dans un communiqué estampillé de son blason.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Faisant part de leur « effarement », les deux clubs contestent « cette décision infondée, inattendue et disproportionnée car prise en l'absence de la moindre preuve » et disent vouloir « s'attacher à faire reconnaître leur absence de culpabilité ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ils estiment avoir réalisé le transfert de Kevin Bemanga en août 2020 « dans le strict respect des réglementations nationales et internationales en vigueur » et n'avoir « rien à se reprocher ». Affichant leur détermination à « étudier les différents recours existants », Angers et le Paris FC « vont notamment saisir la commission de recours de la FIFA dans les meilleurs délais afin de faire valoir leur bon droit ». « Quelle que soit l'issue de cette affaire, la décision rendue aujourd'hui a un impact manifeste pour l'image du club, lequel n'exclut pas des visées déstabilisatrices », concluent les deux clubs français.