Foot - Arbitrage vidéo - Cinq erreurs auxquelles on aurait pu échapper avec l'arbitrage vidéo

L'Equipe.fr

Les Coupes du monde - et leurs phases qualificatives - regorgent de décisions d'arbitrage erronées qui ont changé l'histoire du football. Retour sur cinq d'entre elles.1966 : le but fantôme30 JUILLET 1966, FINALE, ANGLETERRE - RFA : 4-2 A.P.100e minute : alors qu'Anglais et Allemands en sont à 2-2 et disputent la prolongation, la frappe de Geoff Hurst heurte la transversale du gardien allemand, Hand Tilowski. On ne saura jamais si le ballon a entièrement franchi la ligne mais après délibération avec son juge de touche et malgré les protestations allemandes, l'arbitre suisse Gottfried Dienst validera le but anglais. En toute fin de match, Hurst marquera encore, devenant le seul joueur à réussir un triplé en finale de Coupe du monde.2. 1982 : Schumacher impuni8 JUILLET 1982, DEMI-FINALES, RFA - FRANCE : 3-3 (5-4 AUX T.A.B.)Les Français et les Allemands sont à égalité (1-1) lors de la deuxième période lorsque Patrick Battiston file au but. Il est percuté par le gardien Harald Schumacher à l'entrée de la surface de réparation. Le choc est violent : Battiston s'écroule, inconscient. Il est évacué sur une civière, victime d'une commotion. Schumacher n'a pas touché le ballon et la faute n'est pas signalée par l'arbitre néerlandais Charles Corver. Celui-ci déclarera par la suite ne pas avoir vu la faute parce qu'il suivait le ballon, qui filera à côté du but.1986 : la «main de Dieu»22 JUIN 1986, QUARTS DE FINALE, ARGENTINE - ANGLETERRE : 2-1Ce jour-là, Diego Maradona inscrit deux buts historiques. Le second après un slalom d'anthologie. Le premier en reprenant de la main gauche un ballon aérien et en lobant ainsi le gardien Peter Shilton. L'arbitre tunisien Ali Ben Naceur ne se rend pas compte de la tricherie. Quatre ans après la guerre des Malouines et dans un contexte politique tendu à l'extrême entre les deux pays, «el Pibe de oro» n'exprimera aucun remords, comparant sa main à la «main de Dieu».2009 : Henry dans la tourmente18 NOVEMBRE 2009, BARRAGE RETOUR, FRANCE - EIRE : 1-1 A.P.Victorieux à l'aller à Dublin (1-0), les Bleus sont cueillis par un but de Robbie Keane et poussés à la prolongation. A la 103e minute, Thierry Henry s'aide de la main gauche pour contrôler le ballon avant de servir William Gallas, qui marque. Les Irlandais ont beau protester auprès de l'arbitre, le Suédois Martin Hansson, puis les suivants contre le manque de fair-play de l'attaquant du FC Barcelone, rien n'y fera. C'est bien la France qui ira en Afrique du Sud...5. 2010 : la frustration anglaise27 JUIN 2010, HUITIEMES DE FINALE, ALLEMAGNE - ANGLETERRE : 4-1Revenus à 1-2, les Anglais, dominés en début de match, croient égaliser lorsque Frank Lampard lobe Manuel Neuer. Le ballon franchit entièrement la ligne mais l'arbitre uruguayen, Jorge Larrionda, ne valide pas le but. L'ancien capitaine anglais Alan Shearer s'en prendra ensuite au président de la Fifa, Sepp Blatter : «C'était dedans d'un bon mètre... Tous les anciens joueurs professionnels, toutes les stars veulent qu'on ait recours à la technologie, à l'exception d'une personne. Tout le monde ne peut pas avoir tort, si ?»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages