Foot - ARG - Le médecin personnel et confident de Maradona interrogé dans l'enquête sur sa mort

·1 min de lecture

Le procureur qui enquête sur la mort de Diego Maradona doit interroger lundi le médecin personnel et confident de l'ex-star, considéré comme le plus important membre de son équipe médicale. Le procureur qui enquête sur la mort de Diego Maradona doit interroger lundi le médecin personnel et confident de l'ex-star du football argentin, le neurochirurgien Leopoldo Luque, considéré comme le plus important membre de l'équipe médicale de l'ancien joueur. Il est aussi le dernier à être entendu dans cette enquête ouverte pour « homicide involontaire avec circonstances aggravantes ». « Je n'ai pas peur d'aller en prison » Début mai, un rapport d'experts avait conclu que Maradona avait été « abandonné à son sort » par son équipe soignante, dont le traitement « inadéquat, déficient et imprudent » l'avait conduit à une lente agonie. « Je n'ai pas peur d'aller en prison », avait déclaré le Dr Luque dans une interview peu après le début de l'enquête. Blouson de cuir et casque de moto, il était devenu un personnage médiatique après avoir opéré début novembre son célèbre patient pour un caillot sanguin à la tête. « Je suis fier de ce que j'ai fait, je n'ai jamais quitté Diego et j'ai essayé de l'aider », a assuré Luque, décrivant Maradona comme son ami. Avant lui, les procureurs ont entendu deux infirmiers, leur supérieur, un médecin coordonnant les soins à domicile, un psychologue et une psychiatre. Au cours des auditions, Leopoldo Luque et la psychiatre Agustina Cosachov ont été pointés du doigt comme les principaux responsables de la santé de Maradona. Les sept membres risquent un renvoi devant un tribunal en fonction des conclusions de l'enquête, et le cas échéant des peines de 8 à 25 ans de prison.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles