Foot - Asie - C1 - Le football iranien choqué mais pas surpris après la suspension de ses clubs en Ligue des champions

·1 min de lecture

Des responsables sportifs iraniens se sont dit choqués samedi mais pas surpris par la décision de la Confédération asiatique de football (AFC) d'exclure trois clubs de sa Ligue des champions au motif qu'ils ne remplissaient pas les critères d'admissibilité. Des responsables sportifs iraniens se sont dit choqués samedi mais pas surpris par la décision de la Confédération asiatique de football (AFC) d'exclure trois clubs de sa Ligue des champions au motif qu'ils ne remplissaient pas les critères d'admissibilité. Vendredi, l'AFC a déclaré inéligibles les deux meilleurs clubs iraniens, Persepolis et Esteghlal, ainsi que Gol Gohar, pour la saison 2022 de la plus importante compétition de clubs en Asie car ne remplissant pas les « critères obligatoires » pour être admis. Les critères évoqués par l'AFC sont nombreux, allant de la garantie des normes de sécurité au respect des conditions financières et juridiques. « Scandale historique » Sollicitée par l'AFP, la Confédération n'a pas donné plus de détails dans l'immédiat. « C'est vraiment choquant. C'est très difficile pour moi de l'accepter, a déploré l'entraîneur de Persepolis, Yahya Golmohammadi, cité par les médias iraniens. Ceux qui ont causé ce scandale historique avec leurs décisions doivent être tenus pour responsables. » Selon le journal sportif iranien Khabar Varzeshi, l'AFC avait averti en octobre le ministère des Sports de renoncer à la propriété commune des deux clubs Esteghlal et Persepolis. Persepolis est double finaliste de la Ligue des champions (2018 et 2020), tandis qu'Esteghlal a participé à plusieurs reprises au tournoi, et avait remporté deux fois le titre de cette compétition sous son ancien format.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles