Foot - Barrage L2/National - L2/National : Niort domine Villefranche Beaujolais et reste en Ligue 2

·2 min de lecture

Battu à l'aller (1-3), Niort a battu Villefranche Beaujolais (2-0) ce samedi en barrage retour L2/National. Les Chamois resteront en Ligue 2 la saison prochaine. Le rêve de Villefranche Beaujolais s'est brisé ce samedi soir en trois minutes. À neuf minutes de la fin du temps réglementaire du barrage retour L2/National contre Niort, Olivier Kemen a marqué le deuxième but des Chamois à la suite d'un corner de Valentin Jacob mal repoussé. Ce but était synonyme de maintien pour les Niortais. Trois minutes plus tôt, Tom Lebeau avait marqué le premier but des Chamois (78e), permettant enfin à son équipe de concrétiser sa domination. Battus (3-1) lors du match aller, les hommes de Sébastien Desabre étaient dans l'obligation de s'imposer par deux buts d'écart s'ils voulaient conserver leur place en Ligue 2 la saison prochaine. Ils ont parfaitement rempli leur mission. « Le club ne méritait pas de descendre, a déclaré Olivier Kemen, après la rencontre au micro de Canal + Sport. On a joué contre une très belle équipe de Villefranche mais ce qui nous a galvanisés c'est qu'ils ont célébré après le match aller. Il ne fallait pas être contents sur les deux premières mi-temps. » lire aussi Le film de Niort - Villefranche Beaujolais « Touchés dans leur orgueil », les Niortais ont entamé le match pied au plancher, déterminés à rapidement renverser la situation. En première période, Jacob (10e, 22e), Louissere (23e) ou encore Kemen (41e) ont fait briller Bouet, le portier de Villefranche Beaujolais. Malgré leur domination, les Chamois sont rentrés à la pause avec leurs deux buts de retard. Sans pour autant paniquer. « On sait que ce n'est jamais facile de gérer un score de 3-1 à l'extérieur, a commenté l'entraîneur de Niort Sébastien Desabre sur Canal + Sport. On savait qu'en marquant, même en fin de match, tout était possible. Les joueurs l'ont fait avec beaucoup de courage. » Lebeau a donc mis son équipe sur les bons rails avant le but de Kemen qui a définitivement scellé le match. Maxime Blanc, le capitaine de Villefranche Beaujolais. « C'est cruel, ça fait mal » « On savait qu'ils allaient nous imposer beaucoup de rythme d'entrée, a analysé Maxime Blanc, le capitaine de Villefranche Beaujolais, les yeux rougis. Ils ont beaucoup plus joué que nous et qu'au match aller. On a résisté 80 minutes, on prend un but, on recule, on doute. C'est cruel, ça nous fait mal. On a fait énorme deuxième partie de saison, c'est dommage de craquer maintenant. » Niort, soulagé, jouera sa 10e saison de suite en Ligue 2 la saison prochaine. « Quand on part avec un effectif aussi jeune (23,5 ans de moyenne d'âge), se maintenir est un objectif atteint », s'est réjoui Desabre.