Foot - Bastia-OL - Les incidents de Bastia - OL en questions

L'Equipe.fr
La Commission de discipline de la LFP a décidé jeudi de fermer à titre conservatoire le stade Armand-Césari de Bastia, à la suite des violents incidents ayant provoqué l'arrêt du match de Ligue 1 contre Lyon. Le SCB devra jouer son prochain match sur terrain neutre et à huis clos.

La rencontre entre Bastia et Lyon n'a pu s'achever dimanche après deux bagarres initiées par des supporters corses à Furiani. Retour en questions sur cette rencontre qui a dégénéré.Qui s'en est pris à qui ?La première bagarre a été déclenchée par un supporter du Bastia 1905 suivis d'une soixantaine d'entre eux, descendus de la tribune Est lors de l'échauffement. La seconde a démarré par une altercation entre le directeur des services généraux du club corse, Anthony Agostini, et le gardien de l'OL Anthony Lopes. Le premier est venu s'adresser au second sur le chemin du vestiaire. Lopes l'a alors repoussé des deux mains. Et la bagarre générale a repris. Le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, a pointé du doigt la responsabilité d'Anthony Agostini, qui va déposer plainte .«Je ne peux pas laisser passer ça : je suis allé voir calmement Lopes pour lui demander de se calmer et de ne pas chauffer les esprits», affirme ce dernier. Le film des incidentsLe dimanche de la hontePourquoi la rencontre a été jouée après la première bagarre ?La question s'est posée pendant les cinquante minutes de tergiversation. L'entraîneur de Lyon, Bruno Genesio, ne souhaitait pas revenir sur le terrain mais Jean-Michel Aulas a insisté auprès des joueurs pour reprendre la rencontre. Les capitaines et les présidents des deux clubs se sont réunis en compagnie de l'arbitre de la rencontre (Amaury Delerue), du délégué de la LFP (Pierre Galea) et des représentants de la Préfecture pour prendre une décision. La reprise du jeu est alors actée mais ces derniers préviennent que le match s'arrêtera en cas de nouvel incident. La seconde flambée de violence, à la mi-temps, sera celle de trop. Jean-Luc Ettori : « Ils viennent de tuer le club »Quelles sanctions sportives pour Bastia ?La commission de discipline de la LFP va se saisir du dossier lors de sa prochaine réunion jeudi prochain. Le club corse s'expose à de lourdes sanctions. La Ligue possède un large éventail de peines. Certaines ont déjà été appliquées par le passé: suspension de stade, huis clos, match perdu sur tapis vert, retrait de points. La Ligue, qui définit les conditions de participation à une compétition, peut également décider d'exclure ou rétrograder le club.Thierry Braillard : «Des faits inacceptables» à BastiaLe Sporting Bastia est-il inquiété par la justice ?Sollicité pendant la rencontre, Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia, s'est saisi du dossier. Une enquête en flagrance pour «violences» a été ouverte ce dimanche. Elle a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Selon leurs conclusions, la justice aura pour tâche de définir le degré de responsabilité de chacun (personnes physiques ou morales) et entamer des poursuites. Lundi après-midi, aucune interpellation n'avait encore eu lieu. De leur côté, trois joueurs lyonnais (Anthony Lopes, Mathieu Gorgelin et Jean-Philippe Mateta) ont porté plainte contre X pour violence en réunion dans une enceinte sportive.Bastia condamne les incidents survenus contre LyonQuelles sanctions pour les auteurs des coups ?Les personnes impliquées dans les bagarres s'exposent à des sanctions judiciaires. La loi du 10 mai 2016 pour la lutte contre le hooliganisme permet aux organisateurs d'interdire de stade les éventuels fauteurs de trouble. Étant donné que trois joueurs lyonnais ont porté plainte, ces individus peuvent être poursuivis. Si les joueurs touchés n'ont pas été blessés, la peine encourue est une amende de 750 euros.L'UNFP s'indigne et s'interroge après les incidents lors de Bastia - Lyon

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages