Foot - Bastia-OL - Nicolas Bessonne, le procureur de la République de Bastia veut «trouver les responsabilités individuelles»

L'Equipe.fr
Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia, a indiqué que l'enquête sur les incidents durant Bastia-OL avait été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique. «Le parquet est déterminé à trouver les responsabilités individuelles» , a-t-il ajouté.

Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia, a indiqué que l'enquête sur les incidents durant Bastia-OL avait été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique. «Le parquet est déterminé à trouver les responsabilités individuelles», a-t-il ajouté.Nicolas Bessone, le procureur de la République de Bastia, a tenu ce lundi une conférence de presse, durant laquelle il est revenu sur les incidents de dimanche au stade Armand-Cesari de Bastia, lors du match de Ligue 1 Bastia-OL. Il a notamment confirmé que «les deux gardiens (Lopes et Gorgelin) [avaient] été entendus dès dimanche soir» tout comme «(Jean-Philippe) Mateta et le médecin (de l'OL, Emmanuel Orhant) pour savoir s'il y avait des blessures particulières.» Jordan Ferri a également été entendu par les autorités.«Il n'y a pas d'ITT»Selon Nicolas Bessone, le médecin de l'OL a constaté des «excoriations, des griffures et des hématomes» sur les joueurs agressés, mais aucune blessure de nature à les empêcher de reprendre leur activité de footballeur. «Ils ont repris l'entraînement aujourd'hui (lundi), il n'y a pas d'ITT, même s'ils ont subi des violences. Je tiens à souligner l'attitude responsable du médecin de Lyon qui n'a pas voulu mettre de l'huile sur le feu», a salué le procureur de la République de Bastia.Ce dernier a réaffirmé que les deux gardiens avaient porté plainte, mais que Mateta «qui avait aussi reçu un certain nombre de coups, n'a pas souhaité déposé plainte».«Aucun élément ne permet de déterminer une préméditation»«Ce sont des faits d'une gravité certaine et importante, a regretté Nicolas Bessonne. J'ai confié l'enquête à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Il y a certain nombre de témoignages à recueillir. La position du parquet de Bastia est la suivante : célérité, détermination mais pas de précipitation », a-t-il ajouté précisant que le parquet était « déterminé à trouver les responsabilités individuelles.» C'est la LFP qui se chargera de prendre des sanctions sportives et collectives contre le groupe de supporters et/ou le club, le cas échéant.S'il affirme qu'à ce stade de l'enquête «aucun élément ne permet de déterminer une préméditation», Nicolas Bessonne a également évoqué les peines encourues qui auraient été plus importantes en cas d'ITT : de 3 à 5 ans d'emprisonnement. Les fauteurs de troubles risquent jusqu'à 5 ans d'interdiction de stade.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages