Foot - Bleues - Amel Majri à propos de l'ambiance en équipe de France : « On sait que c'est pesant »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Seule cadre lyonnaise à répondre lors des entretiens individuels à Clairefontaine, Amel Majri ne nie pas les tensions avec Corinne Diacre liées à la non-sélection d'Amandine Henry, et le climat spécial qui en découle. Mais elle assume cette situation et veut aller de l'avant.

« Pourquoi avoir accepté de parler malgré le contexte assez lourd lié à la non-sélection d'Amandine Henry ?
Je n'ai pas l'habitude de refuser la presse, c'est mon devoir en équipe de France de répondre aux questions.

lire aussi
Le malaise Henry

Avec un peu plus de recul, comment avez-vous réagi à cette non-sélection et au climat qui s'est créé, faisant ressurgir les tensions entre la sélectionneuse et votre club ?
J'ai déjà évoqué le sujet devant Canal + (*), en dire plus je ne vois pas l'intérêt. Maintenant c'est passé, il faut que j'avance. On sait que c'est dans l'atmosphère, que c'est autour de nous, on ne peut pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Mais il ne faut pas se tromper d'objectif. On est en stage, on a deux matches de qualification (contre la Macédoine du Nord et l'Autriche). On sait ce qu'il y a autour de nous, on sait que c'est pesant, mais c'est comme ça, et on doit faire avec.

Comment expliquez-vous que ce soit devenu aussi pesant, justement ? Est-ce une accumulation d'incompréhensions ?
Je me suis exprimée au sujet de la non-sélection d'Amandine. Quand j'ai parlé d'Amandine, c'est parce que c'est la capitaine, je ne voyais pas pourquoi elle n'était pas là, c'est pour ça que j'ai répondu. C'est tout.

Lors de la venue du président de la FFF Noël Le Graët à Lyon mardi dernier pour une remise de médaille post-C1, vous avez échangé avec lui au sujet du climat en Bleues et comment l'améliorer. Qu'est-ce qu'il en est ressorti ?
On a dit ce qu'on avait à dire et ça reste entre nous.

lire aussi
Des tensions vives entre Corinne Diacre et les cadres de l'OL

Avez-vous remarqué une amélioration dans le management de Corinne Diacre lors du dernier rassemblement ?
Oui, on était dans l'échange, ça s'est bien passé, il n'y avait pas de problème particulier. C'était une bonne atmosphère, détendue.

Comment se passe le début du rassemblement sans elle (Diacre est positive au coronavirus) ?
C'est dans la continuité du mois dernier, ça se passe bien. Eric (Blahic), l'adjoint, continue d'appliquer les directives, aux entraînements ça se passe bien. La coach est en visio avec nous, on est dans l'échange. On va l'avoir plusieurs fois dans le stage. Elle est là souvent quand on fait des réunions, ou quand elle a des messages à nous faire passer.

Lors de la première réunion lundi avec Corinne Diacre, avez-vous abordé le climat pesant et la non-sélection d'Amandine ?
Tout ça reste dans le groupe. Elle était derrière nous pour les deux matches à suivre, et voilà.

Sur un plan personnel, Corinne Diacre avait accédé à votre demande d'évoluer plus haut sur le terrain après le Mondial...
J'étais satisfaite. Mais derrière, il fallait que je lui montre que je le mérite. Déjà en club. C'est aussi pour ça que j'avais demandé à mon club d'évoluer plus haut. C'était cohérent d'avoir le même poste en club et en sélection. C'est à moi de prouver en étant décisive que je mérite cette place.

Cette équipe de France a-t-elle progressé dans le jeu depuis la Coupe du monde ?
Oui. Après c'est sûr qu'on peut toujours faire mieux. Après la Coupe du monde, c'est sûr qu'on a été déçues. C'est derrière nous mais il faut en tirer des leçons. On essaye d'avancer chaque jour. On essaie d'apporter des solutions, de trouver d'autres choses qu'on peut améliorer. Nos adversaires progressent, c'est de plus en plus difficile de trouver des solutions.

Est-ce qu'elle peut gagner l'Euro 2022 en Angleterre avec ces joueuses-là, et ce staff ?
On vit au jour le jour. L'Euro ce n'est pas maintenant, on n'est pas qualifiées. Pour l'instant, c'est bien loin devant nous.

Avez-vous un message à faire passer sur ce climat un peu particulier autour des Bleues ?
Entre nous ça se passe très bien, le groupe vit très bien. Il ne faut pas oublier l'objectif, on joue au foot. Il faut profiter de chaque instant, on l'a encore vu avec un décès ce (mardi) matin (celui de Bruno Martini). Il faut profiter de chaque instant, aujourd'hui on a la chance d'être là. Il faut profiter du moment. »

* Amel Majri sur Canal+ : « Amandine Henry, ça reste quand même la capitaine de l'équipe de France, et des mauvaises prestations on en a toutes faites. Ce n'est pas cohérent mais voilà, on ne va pas se mentir, ça se voit... Demain, Hugo Lloris, il fait des mauvaises prestations, je pense qu'il retourne en sélection. [...] Amandine c'est une fille sur qui on peut compter en équipe de France et dont on a fortement besoin. »