Foot - Bleues - Bleues : le second souffle d'Ouleymata Sarr

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'attaquante de Bordeaux est de retour chez les Bleues, près d'un an après sa dernière convocation. Elle est entrée en jeu samedi face au Brésil, mais doit encore convaincre Corinne Diacre qu'elle peut être une alternative crédible devant.C'est par ses coéquipières, alors qu'elle faisait son renforcement musculaire au centre d'entraînement des Girondins de Bordeaux, qu'Ouleymata Sarr (10 sélections, 2 buts en A) a appris la nouvelle. Son nom figure dans la liste de joueuses retenues par Corinne Diacre pour disputer le Tournoi de France du 4 au 11 mars à Calais et Valenciennes. « J'y pensais dans un coin de ma tête parce que j'avais fait des bonnes performances avant. J'attendais de voir la liste pour être sûre », a confié l'intéressée le lendemain, après avoir posé ses valises à Clairefontaine.Les Bleues battent le Brésil et remportent le Tournoi de FrancePrès d'un an après sa dernière convocation, l'attaquante de 24 ans est donc de retour chez les Bleues. Pas étonnant après ce début d'année où elle a montré qu'elle était en grande forme. « Ouleymata a fait de grosses performances ces dernières semaines, avec des buts marqués », a réagi Corinne Diacre en conférence de presse le 26 février lors de l'annonce de la liste. « J'ai vu une autre Ouleymata, qui visiblement a l'air aussi d'être un petit peu moins gênée par des pépins physiques comme ça a pu être le cas par le passé. Tout semble rentré dans l'ordre. »La renaissance à BordeauxFréquemment appelée par Corinne Diacre lors de sa première saison au LOSC en 2017 (9 buts en 22 matches de D1), Ouleymata Sarr a ensuite fait les frais d'une longue blessure à un genou l'année suivante. Un coup dur pour la puissante et technique attaquante, qui n'a pas fait partie du groupe pour la Coupe du monde 2019.Le club nordiste relégué en D2, « Ouley » décide l'été dernier de s'engager avec les Girondins, en pleine reconstruction. Son entraîneur, Pedro Martinez Losa voit un gros potentiel chez l'ancienne Lilloise. « Elle combine plusieurs capacités : elle est rapide, elle peut battre des adversaires en un contre un, marquer des buts. »Cinq choses à savoir sur Ouleymata Sarr, l'attaquante de l'équipe de FranceMais ses débuts sont compliqués. Remplaçante ou première attaquante à sortir, la numéro 11 des Girondins de Bordeaux connaît une nouvelle blessure, cette fois à une cheville, qui la tient éloignée des terrains jusqu'en janvier. Après quelques mois d'adaptation, elle montre finalement l'étendue de son talent début 2020. Auteure d'un triplé décisif en quarts de finale de la Coupe de France face à Montpellier (3-3, 6-5 aux t.a.b.), elle récidive lors de la dernière journée de Championnat face à Soyaux en inscrivant un doublé (4-0). Une arme offensive dont le coach bordelais ne peut plus se passer : « C'est vraiment l'une de nos joueuses les plus en forme actuellement. »Quelle place en équipe de France ?Sa convocation avec les Bleues pour le Tournoi de France n'est donc pas une surprise. Restée sur le banc lors de la première rencontre de l'Equipe de France face au Canada (1-0), Ouleymata Sarr a remplacé Valérie Gauvin en pointe à la 60e minute de jeu samedi face au Brésil (1-0). L'attaquante n'a pas réussi à se créer d'occasion de but, mais pourrait avoir une nouvelle chance mardi (21h) face aux Pays-Bas.La native de Cambrai doit faire face à une sacrée concurrence devant, mais possède l'avantage de pouvoir évoluer à plusieurs postes sur le front de l'attaque tricolore. « J'ai un jeu porté sur la profondeur, mais je n'ai pas de dispositif préféré », affirme-t-elle. « Je m'adapte aux autres et aux consignes de la coach. » Son entraîneur en club avoue cependant préférer la voir évoluer au poste d'avant-centre. « Je pense que la position qui lui convient le mieux, c'est quand elle joue numéro 9 avec une deuxième attaquante. »Un avis que partage également son amie et ancienne coéquipière au Paris Saint-Germain, Hawa Cissoko. La défenseuse centrale de Soyaux aimerait voir Ouleymata Sarr au côté de Marie-Antoinette Katoto avec les Bleues. Les deux attaquantes se connaissent bien. Elles ont évolué ensemble quatre saisons sous les couleurs du PSG (de 2013 à 2017). « Avec Katoto, elles se complètent vraiment bien », explique Hawa Cissoko. « Elles jouent pour le collectif, elles sont lucides et intelligentes dans leurs choix. Elles décrochent et prennent la profondeur toutes les deux, sans avoir besoin de se parler. Donc c'est intéressant, car c'est plus difficile de défendre dans ce genre de configuration. » Ouleymata Sarr connait aussi bien Valérie Gauvin, avec laquelle elle a joué en équipe de France chez les jeunes.Au final qu'importe le poste, l'attaquante des Girondins devra savoir saisir sa chance pour prouver à la sélectionneuse qu'elle a fait le bon choix de la convoquer. Car même s'il reste un peu plus d'un an avant l'Euro 2021, les places valent cher. Il vaut mieux marquer les esprits maintenant, avant qu'il ne soit trop tard. Sarr compte en tout cas, faire « le maximum pour reste dans cette équipe ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi