Foot - Bleues - Corinne Diacre (équipe de France) : « L'ambiance est bonne »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

À la veille du match amical contre la Suisse à Metz, ce samedi (coup d'envoi à 21H10), Corinne Diacre, la sélectionneuse de l'équipe de France, s'est réjouie de la semaine passée avec ses joueuses à Clairefontaine dans une ambiance qu'elle décrit comme studieuse et détendue. « Le Tournoi de France s'est transformé en deux matches amicaux contre la Suisse (samedi puis mardi). N'est-ce pas un mal pour un bien de bénéficier d'une semaine entière d'entraînement avec votre groupe ?
Inévitablement, il a fallu s'adapter, c'est la première chose. Après l'annonce de l'annulation du tournoi mais avec quand même deux matches à jouer, j'ai souhaité garder les filles sur le même temps de rassemblement pour pouvoir travailler différemment. On a bien travaillé, l'ambiance est bonne. L'amalgame entre les anciennes et les nouvelles est très bon. Il y a eu beaucoup d'écoute, d'échanges. J'espère que tout ce travail va se traduire demain (samedi) sur le terrain. lire aussi Le Tournoi de France annulé Est-ce que cette semaine vous a donné l'occasion de discuter un peu plus avec les joueuses ?
On a toujours le temps de discuter quand on est en sélection, on est 24 heures sur 24 ensemble. On a modifié certaines choses au niveau des échanges car on avait plus de temps. Aujourd'hui, toutes les joueuses vont bien. J'ai 24 joueuses à ma disposition. Je n'ai que l'embarras du choix. Il y a eu des choses très intéressantes sur le terrain. Maintenant, j'ai un problème de riche. Pour demain, je vous avoue que c'est compliqué de sortir un onze. À quel point l'annulation du Tournoi, qui était le gros rendez-vous de cette année pour votre équipe, est-elle frustrante ?
Il n'y a pas du tout de frustration. Bien au contraire. J'avais même été la première à dire à mon président que s'il fallait jouer deux fois la même équipe, cela ne me posait aucun problème. Un tournoi revêt plus une notion de compétition, maintenant, j'ai annoncé à mes joueuses qu'on se devait de continuer à gagner, de mettre en place ce qu'on a bien fait à l'entraînement cette semaine. Corinne Diacre, à propos des nouvelles joueuses appelées pour ce rassemblement. « Elles sont très contentes d'être là [...]. C'est ce qui change avec les anciennes qui ont l'habitude d'être là, elles ne sont pas rassasiées » À quel type d'opposition vous attendez-vous ? Envisagez-vous d'aligner deux onze différents d'un match à l'autre ?
La Suisse est une équipe que l'on connaît bien. Je m'attends à une double confrontation difficile car il reste encore un match à la Suisse, en avril, pour aller chercher une qualification à l'Euro, ce qui n'est pas notre cas. Sur mes compositions d'équipe, mon premier objectif est de sortir un onze pour demain et puis on va déjà voir comment va se passer le premier match avant de penser au deuxième. Quelles impressions vous ont fait les nouvelles appelées ?
Je peux vous assurer qu'elles sont très contentes d'être là. L'équipe de France, même elles le disent, c'est le plus haut niveau. On est dans des conditions optimales. Le centre de Clairefontaine s'est mis au petit soin pour nous. Elles sont très contentes d'être là, elles mangent foot, elles vivent foot, elles sont curieuses aussi. C'est ce qui change avec les anciennes, qui ont l'habitude d'être là, elles ne sont pas rassasiées. Elles posent beaucoup de questions. Ça crée une émulation et c'est plutôt positif. Vous n'avez ni Marie-Antoinette Katoto, ni Valérie Gauvin sur ce rassemblement. Qui va jouer en pointe ?
Le casse-tête est difficile car même moi aujourd'hui je ne le sais pas. J'ai plusieurs options, c'est intéressant. Ça peut être Eugénie (Le Sommer), ça peut être Kadidiatou (Diani), ça peut être Léa Khelifi, Clara Matéo... j'ai plusieurs cordes à mon arc. Il faut que je regarde bien les associations pour que je puisse mettre l'équipe la plus performante possible. » lire aussi Bleues : une liste élargie sans Amandine Henry mais avec Sandie Toletti