Foot - Bleues - Corinne Diacre, avant France - Pays-Bas (Tournoi de France) : « Il ne faut pas qu'on se trompe d'objectif »

L'Equipe.fr
L’Equipe

La sélectionneuse des Bleues insiste sur l'enjeu sportif du dernier match joué par son équipe dans cette compétition amicale, mardi (21 heures), malgré le huis clos décidé lundi. Alors que le dernier match du Tournoi de France entre les Bleues et les Pays-Bas mardi à Valenciennes (21 heures) se disputera à huis clos en raison du coronavirus du Covid-19, la sélectionneuse des Bleues, Corinne Diacre, reste concentrée sur l'aspect sportif et attend encore des progrès dans le jeu. France - Pays-Bas à huis clos « Comment avez-vous réagi à l'annonce du huis clos face aux Pays-Bas mardi à Valenciennes ?On est forcément déçus, déjà pour nos supporters. Nos joueuses aussi vont être également frustrées de jouer dans un stade vide. On se doit de respecter les décisions prises par le ministère, d'un point de vue sanitaire, on n'a pas le choix. On ne peut qu'accepter cette décision. Nous, par contre, il ne faut pas qu'on se trompe d'objectif, on a un dernier match à jouer, un match à gagner, un objectif à atteindre. On souhaiterait terminer invaincues et, si possible, aller chercher une troisième victoire. Est-ce que le coronavirus a été au centre des discussions dans l'équipe cette semaine ?
Pour ma part, je trouve qu'on en fait beaucoup, par rapport à un autre virus que l'on connaît, qui est présent chaque hiver, à savoir celui de la grippe. Très sincèrement, ça n'a pas changé ma façon de vivre ou d'être, s'il y a des mesures à appliquer, on les applique. On n'a pas eu de cas chez nous mais on essaye de faire attention. Je ne pense pas que les joueuses aient "psychoté" ou se soient posé des questions par rapport à ça. « Je sais un peu comment travaillent les Pays-Bas, je sais qu'ils autorisent la mixité beaucoup plus tard que nous en France » Allez-vous pouvoir compter sur tout le groupe demain ? Et allez-vous procéder à un large turnover ?
Est actuellement forfait Delphine Cascarino, elle a rejoint son club (l'OL), à la demande de celui-ci, ce matin. Sinon j'ai 22 joueuses à ma disposition. J'ai réfléchi à un onze de départ mais rien n'est encore arrêté. On est dans l'attente de voir si le match de samedi (PSG - Lyon, en Division 1) se tiendra toujours. Mais mon optique, c'est de rester dans ma première position, à savoir réguler les temps de jeu. À ce jour, on n'a pas de décision prise par la Fédération (sur un éventuel report). Ça ne changera pas mes choix, certaines ont déjà fait 180 minutes et seront au repos demain. Que vous inspire la progression constante des Pays-Bas, vainqueur de l'Euro en 2017 et finaliste de la Coupe du monde ?
Ça inspire, forcément, surtout que la coach (Sarina Wiegman) était arrivée 6 mois avant son titre au Championnat d'Europe (2017 - elle était cependant auparavant adjointe de son prédécesseur). Elle a su créer un staff et un groupe autour d'elle, un staff uni à son projet et son management. Je sais un peu comment travaillent les Pays-Bas, je sais qu'ils autorisent la mixité beaucoup plus tard que nous en France. Est-ce une raison de leur réussite ? Je ne sais pas. Ça peut nous interpeller ou nous faire poser de bonnes questions. Pour demain, les Pays-Bas ont beaucoup d'absentes. Mais on va se concentrer sur notre objectif à atteindre. La France bat le Brésil et remporte le Tournoi de France Dans le jeu, qu'est-ce que vous voulez voir que vous n'ayez pas assez vu lors des deux premiers matches de ce Tournoi de France, contre le Canada (1-0) puis le Brésil (1-0) ?
On va essayer de gagner par plus de 1-0, si c'est possible (rires). On n'a marqué qu'en 2e mi-temps, j'aimerais qu'on marque en 1re. Il y a des choses que l'on fait très bien et que l'on doit garder, et des choses que l'on doit peaufiner. J'ai vu des améliorations entre le 1er et le 2e match. J'espère que les filles vont pouvoir mettre en place les petites choses que l'on a pointées du doigt. On aimerait encore un petit peu plus d'efficacité et de justesse technique, dans nos choix également, les dernières passes. On aimerait plus de prises de responsabilité dans la surface de réparation, il faut frapper davantage. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi