Foot - Bleues - Corinne Diacre : « Pas envie de finir sur une mauvaise note »

·5 min de lecture

Même si elle sera privée de plusieurs éléments clés, notamment en attaque, Corinne Diacre, la sélectionneuse de l'équipe de France, veut terminer la saison par un succès contre les Allemandes que les Bleues affronteront ce jeudi soir à Strasbourg (20 h 55). « Votre groupe est-il au complet à la veille d'affronter l'Allemagne ?
Aujourd'hui (ce mercredi), tout le monde va bien. On a pu déplorer la blessure de Kadi Diani il y a deux jours. Hier (mardi) on s'est entraîné, ça s'est bien passé. On espère qu'aujourd'hui, ce sera encore pareil, même si on est encore dans l'attente des résultats des tests PCR. Comme plusieurs l'ont eu, logiquement, on devrait être à peu près tranquilles. Mais on est quand même dans l'attente pour que toutes les formalités soient validées et qu'on puisse se projeter sur le match de demain. Il y a plusieurs forfaits des deux côtés, allez-vous quand même pouvoir tirer des enseignements de ce match ?
Tous les matches servent, quelles que soient les filles qui composent l'équipe de France à un instant T. On le sait très bien, le mot sélection n'est pas un hasard. C'est une sélection à un instant T pour un match X. Les sélections se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Le maître mot, c'est l'adaptation, tout le temps. On s'adapte aux circonstances, aux joueuses que l'on a. Même si je n'ai qu'un groupe de vingt joueuses, je sais qu'elles sont aptes physiquement. On leur a demandé aussi d'être aptes psychologiquement. Pour beaucoup, c'est la fin d'une longue saison. On est à un peu plus de 24 heures du match, il faut qu'on reste concentrées pour éviter la blessure de dernière minute sur le dernier entraînement. Ça reste un match international, on n'a pas le droit d'être fatigué. L'équipe de France sera prête demain. « Ça reste l'Allemagne, elle a été numéro 1 » Le fait de jouer l'Allemagne, la deuxième nation mondiale, ça reste un moment important ?
Tous les matches sont importants, quel que soit l'adversaire. Ça reste l'Allemagne, elle a été numéro 1. Elle est en reconstruction, avec de jeunes joueuses, de très très bonnes joueuses. Mais l'équipe de France est en reconstruction également. Je peux vous assurer que celles qui sont là vont vouloir faire oublier ces absences. Demain (ce jeudi) nous allons avoir un très grand match international. Le rassemblement est très court. Qu'avez-vous fait depuis dimanche ?
On a privilégié la récupération dimanche, un peu lundi également. Hier on a travaillé tactiquement. Cet après-midi, on va rester dans ce que l'on fait pour ne pas se mettre de pression trop tôt et rester concentrées sur un objectif qui est de marquer des buts. La dernière fois que vous êtes venues à Strasbourg, vous aviez battu le Danemark (4-0). Gardez-vous de bons souvenirs de ce stade ?
Venir ici en Alsace, c'est toujours un moment important, c'est une terre de foot. J'ai aussi de très bons souvenirs quand je suis venue avec Clermont en Ligue 2. Normalement, ce stade me réussit assez bien. J'espère ne pas parler trop vite. Le fait qu'il y ait du public ça change quelque chose ?
On est ravies. C'est la bonne nouvelle du jour. On était un peu déçues de voir que les garçons hier soir avaient l'autorisation de 5 000 et pas nous deux jours après. Nos instances et le gouvernement on fait en sorte que nous soyons traitées d'égal à égal. Pour nous, pour le public c'est très bien. Ça va nous donner une motivation supplémentaire. Cette saison sans public a été très difficile. J'espère que le public strasbourgeois fera vraiment son 12e homme. Comment s'est fait l'accueil des championnes ? Le titre des Parisiennes peut apporter quelque chose en plus à l'équipe de France ?
Ça doit apporter quelque chose en plus. Les joueuses ont été accueillies normalement, on ne leur a pas déroulé le tapis rouge. On les a félicitées. Tout le monde était ravi de revoir Viviane (Asseyi) avec ce titre (de championne d'Allemagne avec le Bayern Munich), de voir les Parisiennes mais également les Lyonnaises qui se sont bien battues avec tout ce qui leur est arrivé cette saison. Et aussi d'autres joueuses qui se sont qualifiées pour la Ligue des champions. On a un groupe qui prend de l'expérience, joue des grands matches, de grandes compétitions. Cette expérience doit servir à l'équipe de France. lire aussi La fête au Parc des Princes pour saluer les championnes du PSG Quel message allez-vous faire passer aux joueuses avant ce dernier match ?
D'être concentrées, d'avoir l'objectif de remporter ce dernier match. On n'oublie pas qu'on reste sur une défaite face aux États-Unis (0-2), on envie de se racheter. On n'a pas envie de finir la saison sur une mauvaise note. En l'absence des attaquantes Baltimore, Katoto et Diani, comment allez-vous vous organiser devant ?
Si vous regardez notre groupe, on a des filles capables de démarrer, qui font partie de l'équipe de France depuis un moment. Ce ne sera pas un problème pour moi. Viviane (Asseyi, présente durant la conférence de presse) fait partie du groupe depuis un moment. Elle démarrera demain. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles