Foot - Bleues - Homosexualité - Pauline Peyraud-Magnin (Bleues) : « Je n'ai pas envie de cacher qui je suis »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Peyraud-Magnin, la gardienne de l'équipe de France, a dévoilé publiquement son homosexualité en postant des photos de sa compagne sur les réseaux sociaux. Un coming out encore rare même dans le foot féminin où le sujet est pourtant moins tabou que chez les hommes. Il y a d'abord eu une photo postée fin août légendée avec les paroles de la chanson « I am yours » du chanteur américain Andy Grammer et accompagnée de quelques hashtags #love, #romance, #her. Puis une « story » dans laquelle Pauline Peyraud-Magnin souhaitait un bon anniversaire à sa compagne. La gardienne de l'Atlético de Madrid et de l'équipe de France (28 ans) a décidé d'assumer publiquement son orientation sexuelle.

Si l'homosexualité est moins taboue que ans le football masculin - beaucoup de joueuses la révèlent à leurs coéquipières -, il est pourtant encore rare de voir une Française l'assumer publiquement. En équipe de France, il s'agit même d'une première puisque Marinette Pichon, l'ancienne attaquante des Bleues, avait attendu 2010, soit trois ans après la fin de son aventure en sélection, pour faire son coming out. Quand on interroge Pauline Peyraud-Magnin sur les raisons qui l'ont poussée à afficher publiquement son homosexualité, elle répond avec détachement : « Je pense que c'est dû au confinement, j'ai eu du temps pour réfléchir. Mais ce n'est pas la première fois que je postais une photo d'elle », nous a expliqué celle qui a pris la place de numéro 1 dans le but des Bleues en raison de la mise en retrait de Sarah Bouhaddi. Le passage de « PPM » en Angleterre (Arsenal) puis son arrivée en Espagne, cet été, ont fait évoluer l'ancienne Lyonnaise. Gardienne à la forte personnalité, elle l'avoue sans détour : « Je n'ai pas envie de cacher qui je suis, pour moi c'est normal. » À l'étranger, plusieurs footballeuses ont aussi décidé de ne pas se cacher. C'est le cas de l'égérie américaine Megan Rapinoe dont le coming out remonte à 2012 et qui, depuis, défend la cause gay avec ferveur. Lors du Mondial 2019, en France, la photo du baiser entre la Danoise Pernille Harder et sa compagne suédoise Magdalena Erikssen avait fait le tour du monde.

« C'est vrai que sur ce sujet-là, nous sommes plus réticentes, admet Peyraud-Magnin qui n'arrive pas à expliquer pour les joueuses françaises sont moins enclines à franchir le pas. Ce que les gens peuvent dire ou penser ne m'impacte pas. Mais je reçois des messages gentils sur ce sujet, c'est que ça doit être normal en fait. »