Foot - Bleus - Les débuts ratés des Bleus en qualifications à la Coupe du monde

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Tenus en échec par l'Ukraine mercredi pour le début des qualifications au Mondial 2022, les Bleus ont déjà connu plusieurs faux-départs dans leur histoire, avec des fortunes diverses au bout du compte. Tenue en échec par l'Ukraine (1-1) mercredi, l'équipe de France a débuté ses qualifications au Mondial 2022 par un accroc, dont on ne mesure pas encore les conséquences à long terme. Ce n'est pas la première fois de son histoire qu'elle démarre une campagne éliminatoire à une Coupe du monde par une contre-performance, avec des effets dissemblables. Mondial 2018 : plus frustrant qu'inquiétant 6 septembre 2016 : Biélorussie-France (0-0)
Parcours : qualifiée Les finalistes de l'Euro 2016, victorieux de l'Italie (3-1) en amical cinq jours plus tôt, piétinent en Biélorussie (0-0) pour leur entrée en lice. Très faibles en première période, puis trop inefficaces après la pause, les Bleus laissent échapper deux points, une perte jugée sur le moment dans les colonnes de L'Équipe « plus frustrante qu'inquiétante ». À raison, puisque ce démarrage poussif ne les empêchera pas de devenir champions du monde en Russie, moins de deux ans plus tard. Mondial 2010 : la farce de Vienne 6 septembre 2008 : Autriche-France (3-1)
Parcours : qualifiée Moins de trois mois après un Euro 2008 calamiteux (élimination en phase de groupes), les qualifications au Mondial 2010 prolongent l'ambiance dépressive. Organisés en 4-4-2 avec un duo de pointe Henry-Benzema, les Bleus explosent à Vienne, sous l'effet des coups de pieds arrêtés adverses et de leur manque d'agressivité. La victoire autrichienne a un héros, l'immense Janko (1,96 m ; 93 kg) ; la défaite française à un symbole, Méxès, dont la soirée a viré au calvaire. Par chance, les Bleus se reprendront pour offrir à leurs supporters un voyage inoubliable en Afrique du Sud. Mondial 2006 : un 3-5-2 défaillant 4 septembre 2004 : France-Israël (0-0)
Parcours : qualifiée Alors que la Suisse et l'Irlande sont considérés comme ses principaux adversaires du groupe 4, la France coince d'entrée face à Israël, au Stade de France. Le sacre mondial dans cette enceinte date d'à peine six ans, mais il semble bien plus lointain. Disposés en 3-5-2 mais trop peu efficients dans les couloirs, les joueurs de Raymond Domenech gâchent leurs très rares occasions franches. Le passage au 4-4-2 en cours de seconde période n'y change rien : les débuts sont ratés. Néanmoins, les Français se qualifieront et atteindront la finale de l'édition 2006, face à l'Italie (1-1, 3-5 aux t.a.b.). Mondial 1994 : le premier accroc bulgare 9 septembre 1992 : Bulgarie-France (2-0)
Parcours : éliminée Quatorze mois avant le K.-O. final du Parc des Princes, la Bulgarie envoie une première fois les Bleus dans les cordes, à Sofia. Le score est scellé au cours des quarante-cinq minutes initiales. Un ballon perdu par Petit profite d'abord à Kostadinov, qui s'échappe et provoque une faute de Papin dans la surface. Stoitchkov transforme le penalty (23e), six minutes avant le but de Balakov, qui lobe Martini, avancé et pas très inspiré sur l'action (29e). Le football ira conquérir l'Amérique sans les Bleus. Mondial 1970 : le coup de froid scandinave 6 novembre 1968 : France-Norvège (0-1)
Parcours : éliminée Placée dans un groupe de trois avec la Suède et la Norvège, la France s'incline d'entrée, à Strasbourg. Elle se condamne en même temps quasiment à l'élimination. Globalement dominateurs sans se montrer vraiment très inspirés, les Bleus se font surprendre à la 67e minute par l'avant-centre norvégien Iversen. Carnus, Bosquier, Gress ou Blanchet ne verront pas le Mexique.