Foot - Bleus - Didier Deschamps : «Bien d'avoir de l'adversité»

L'Equipe.fr
Didier Deschamps se réjouit à l'idée de voir l'équipe de France affronter l'Espagne, mardi (21h00) en match amical. Leaders de leur groupe de qualification au Mondial 2018, les Bleus vont pouvoir «se tester», «quitte à souffrir et à être en difficulté» .

Didier Deschamps se réjouit à l'idée de voir l'équipe de France affronter l'Espagne, mardi (21h00) en match amical. Leaders de leur groupe de qualification au Mondial 2018, les Bleus vont pouvoir «se tester», «quitte à souffrir et à être en difficulté».«Même s'il agira d'un amical, les matches contre l'Espagne ne sont jamais comme les autres, n'est-ce pas ?C'est un match de prestige, il n'y a pas de points en jeu. L'Espagne au même titre que l'Italie ou l'Angleterre, ça reste (un match qui a) un parfum particulier. On se rencontre souvent au fil des années. C'est une très belle affiche, en espérant qu'il y ait un beau spectacle. Surtout de notre côté. (Rires) Le risque, avec la qualité de cette équipe espagnole, c'est qu'il ne faudra pas se contenter de défendre. Mais ce sera une belle affiche, j'en suis sûr.L'Espagne reste une référence. Ce match sera-t-il l'occasion de tester vos qualités collectives, après les bons résultats de ces derniers mois ?Je suis d'accord pour dire que l'Espagne reste une référence en expression collective, avec une philosophie basée sur la possession du ballon, même si une nouvelle génération arrive et demande plus de temps de jeu. Oui, ce sera un test (pour nous). Il y aura une analyse à faire après ce match, sans se projeter non plus dans les mois à venir. On va rencontrer une équipe de très haut niveau, avec beaucoup de qualité. Ce ne sera pas du tout le même style de match qu'on a eu samedi (au Luxembourg). Mais c'est bien d'avoir de l'adversité et de la qualité (en face), quitte à souffrir et à être en difficulté. Il vaut mieux jouer contre des grosses nations, c'est plus excitant.Votre équipe sera-t-elle prête physiquement, trois jours après le match au Luxembourg ?Oui, on sera prêt. On a eu quelques soucis durant et après le match. Je vais faire quelques changements. Après l'entraînement d'aujourd'hui (lundi), je verrai bien comment les joueurs ont récupéré. Autant en phase finale, ce timing est quelque chose d'embêtant, autant cette fois, ça n'a pas la même incidence.Il y a beaucoup de grandes échéances à venir pour les joueurs en club, cela va-t-il influencer vos choix ?Je peux le tenir en considération. J'ai été entraîneur de club, je sais ce que c'est. Je ne vais pas prendre de risques, bien évidemment. Mais c'est l'Espagne, j'ai envie de faire des choses cohérentes par rapport à notre idée directrice. (Julen) Lopetegui (le sélectionneur espagnol) a les mêmes considérations que moi.Les récentes performances de Kylian Mbappé interpellent. Que pouvez-vous nous dire à son sujet ?C'est un jeune joueur qui a beaucoup de qualités. Vous en parlez en Espagne, en France aussi. Il découvre l'équipe de France. Ce qu'il fait avec son club (Monaco) est d'un très bon niveau. Pour ses 18 ans, il a déjà beaucoup de maturité. Il est précoce dans tout ce qu'il fait, mais il lui reste des paliers à franchir. Au-delà de sa vitesse de course et sa vitesse gestuelle, il a une tranquillité dans les duels avec les gardiens et dans les uns contre uns. C'est quelque chose qui le différencie par rapport aux autres joueurs. Il a cette froideur. Il reste lucide et efficace, tout en restant calme.Dans L'Equipe, ce vendredi, Raphaël Varane a annoncé son intention de gagner la Coupe du monde 2018. Est-ce que l'équipe de France sera favorite du Mondial en Russie ?Je ne sais pas, je ne me pose pas la question aujourd'hui. On n'y est pas encore. Il reste encore cinq matches de qualification et quinze points à prendre. Vous me reposerez la question quand on y sera. On n'a pas encore atteint l'objectif.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages