Foot - Bleus - Didier Deschamps (Bleus) avant le match contre la Belgique : « Une parenthèse enchantée »

·4 min de lecture

Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, considère ce Final 4 de Ligue des nations comme l'occasion de retrouver des matches à forte adrénaline et repousse les comparaisons avec l'Euro 2020 ou la demi-finale de 2018 face à la Belgique. « La demi-finale de Coupe du monde 2018 semble être restée dans les mémoires, avec une charge émotionnelle importante du côté des Belges. Est-ce un facteur que vous prenez en compte ?
Je ne suis pas persuadé que ce soit un sentiment qui les anime. On ne peut rien changer à ce qui s'est passé. Ce fut une étape décisive pour nous, oui, avec une place en finale de la Coupe du monde. Mais demain (jeudi), ce sera une autre évaluation du niveau des deux équipes. On joue une place en finale pour la Ligue des nations. Oui, il y a toujours eu une rivalité saine entre deux pays frontaliers. Après le match en Russie, il y a eu des déclarations, de part et d'autre, beaucoup d'interprétations aussi. Mais il y a beaucoup de respect, déjà de ma part pour Roberto Martinez, mon homologue, mais aussi entre les joueurs. On se prépare à une très belle affiche avec deux équipes de qualité. Cela plaît aux joueurs de jouer un tel match, avec de l'adrénaline. « Il y a un titre en jeu. Vous mettrez le curseur où vous voudrez mais quand on est compétiteur, rien ne remplace cette adrénaline » Hugo Lloris évoquait une énergie positive depuis le début de la semaine. Est-ce aussi votre cas ?
Bien sûr. Je la considère comme une parenthèse enchantée. On a tout fait pour se qualifier pour ce Final 4. Après, dans l'historique, avec une équipe nationale, il y avait deux titres. Celui-là est apparu. On a tout fait pour en être. France-Belgique ou Italie-Espagne sont des affiches prestigieuses. Il y a un titre en jeu. Vous mettrez le curseur où vous voudrez mais quand on est compétiteur, rien ne remplace cette adrénaline. Les joueurs ont envie d'être confrontés à un adversaire de cette qualité. Jouer à trois derrière peut-il être un atout pour contrer les défauts de la Belgique, notamment d'un point de vue défensif ?
C'est toujours un rapport points forts/points faibles. Roberto Martinez va être amené à faire un premier choix qu'il pourra modifier aussi. Moi, je pars avec l'idée selon laquelle mon équipe créera le plus de problèmes à l'adversaire. Cette équipe de Belgique est consciente de sa force, avec une animation offensive de qualité mais ce n'est pas pour autant qu'elle défend mal. Avoir le plus possible le ballon sera mieux pour nous. lire aussi Lloris : « On sent qu'il y a quelque chose dans l'air » Kylian Mbappé a relaté son mal-être en équipe de France dans les colonnes de L'Équipe, mardi. En avez-vous parlé avec lui ?
Je ne sais pas ce qu'il a dit, je ne lis pas. Je l'ai vu, oui. On a discuté de choses et d'autres. Mais je ne m'appuie jamais sur ce qui a pu être dit. Le plus important, ce sont les discussions que j'ai en interne avec les joueurs. Kylian est heureux d'être là, comme tous ses partenaires. Il attend ce match de demain. Une nouvelle concurrence est-elle apparue dans le groupe, avec Aurélien Tchouaméni, Theo Hernandez, Jordan Veretout ? Et avez-vous parlé avec Jules Koundé de son expulsion contre la Bosnie, début septembre ?
Il y a toujours eu de la concurrence. Après, il s'agit de joueurs qui arrivaient. Si je les ai repris un mois après, c'est que j'étais satisfait de ce qu'ils ont fait et qu'ils ont continué en club. Oui, j'ai discuté avec Jules de cette situation. Il sait qu'il ne doit pas faire ce geste qui nous a pénalisés et l'a pénalisé lui. Mais si je trouvais que c'était irrémédiable ou trop grave, je ne l'aurais pas rappelé. Il a conscience que, sur le moment, c'est un manque de maîtrise qui a eu des conséquences pour nous tous. La Ligue des nations devient-elle plus importante à cause de l'échec de l'Euro ?
Non, sincèrement non. Je considère ce Final 4 comme une parenthèse enchantée. Là, ce sont deux matches prestigieux, avec un titre en jeu. Ce n'est pas désagréable puisque c'est la première fois que ça m'arrive de commencer un tournoi en étant déjà en demi-finale. » lire aussi Le calendrier de la Ligue des nations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles