Foot - Bleus - Didier Deschamps (sélectionneur des Bleus) : « Thuram, le moment de l'avoir avec nous »

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, a justifié sa décision d'appeler Marcus Thuram pour la première fois, ce jeudi. Le patron des Bleus a aussi confié espérer pouvoir compter sur Kylian Mbappé, face au Portugal. « Pourquoi avez-vous décidé d'appeler Marcus Thuram pour la première fois ?
Pourquoi pas ? Je l'ai déjà faite celle-là. Je le suis depuis un bon moment, il a un profil intéressant. Il faisait déjà de bonnes choses à Guingamp. Il est passé au niveau supérieur avec son club (Borussia Mönchengladbach). Il a cette capacité à créer des différences avec beaucoup de percussion. Il marque, il fait marquer. C'était déjà le cas à Guingamp. Il a la capacité sur les gros matches à être très souvent présent et bon. C'est ce qui me fait l'appeler aujourd'hui, comme j'en ai appelé d'autres depuis septembre. Je n'exclus pas qu'il puisse y en avoir d'autres en mars même si on sera dans la préparation spécifique (en vue de l'Euro). C'était le moment de l'avoir avec nous. Ça donne un petit coup de vieux aussi ?
Marcus a forcément cette particularité d'être le fils de, comme c'est déjà arrivé certains. Ça doit faire énormément plaisir à son papa, Lilian, "Tutu". Mais ça passe au deuxième, voire au troisième plan. Le mérite, c'est Marcus qui l'a par rapport à ce qu'il fait. Il a aussi encore une bonne marge de progression. Pour quelle raison avez-vous choisi de convoquer Kylian Mbappé et pas Eduardo Camavinga, alors que les deux joueurs sont actuellement blessés avec leur club ?
Chaque cas est spécifique. Aujourd'hui, le forfait de Camavinga est acté de par sa blessure. Ce qui n'est pas le cas de Kylian. Certes, il n'a pas joué hier (avec le PSG à Leipzig, en Ligue des champions). Ce week-end, je ne sais pas s'il jouera. Pour nos échéances contre la Finlande et celles d'après, je n'ai pas de certitudes qu'il ne puisse pas être disponible.

Deschamps à propos de Tuchel et de la convocation de Mbappé « Il n'y a pas de conflit à avoir avec qui que ce soit. Je ne me mêle pas de ce qui se passe dans les clubs » Avez-vous parlé de sa convocation avec le PSG ? Pensez-vous qu'il sera remis pour la semaine prochaine ?
Il n'y a pas de certitudes, dans le sens négatif. J'échange avec le joueur, ce qui est le plus important pour moi. À chaque fois, les médecins échangent aussi. Si je le mets dans la liste, c'est qu'il y a de très fortes probabilités qu'il soit disponible pour nos matches, pas celui de mercredi (contre la Finlande) mais celui au Portugal (le 14 novembre). Il faudra suivre l'évolution en début de semaine. Si tout se passe bien, il devrait être là. Thomas Tuchel espérait que vous fassiez un geste en le laissant à Paris pour qu'il se soigne. Avez-vous conscience d'entrer en conflit avec lui en prenant cette décision ? À quand remonte votre dernière conversation ?
Je le laisse libre de ses déclarations, je n'ai pas vu ce qu'il avait dit, mais je comprends la position des entraîneurs de clubs. Il n'y a pas de conflit à avoir avec qui que ce soit. Je ne me mêle pas de ce qui se passe dans les clubs. C'est valable à n'importe quel moment de la saison. Je suis resté sur ma ligne de conduite, on fait les choses calmement. On va gérer ça comme on l'a toujours fait, avec tranquillité et sérénité, par rapport à ce qu'on voit et le ressenti du joueur. Dayot Upamecano était présent lors des deux derniers rassemblements. Avec son absence aujourd'hui, faut-il comprendre qu'il a laissé passer le bon wagon ?
Il y a une concurrence importante et de qualité à son poste. Il est dans une moins bonne période. Il peut toujours faire mieux, il le reconnaît lui-même. Il y a aussi un côté émotif important chez lui, qu'il a montré la première fois qu'il est venu en septembre puis en octobre. Il a le potentiel, mais par rapport concurrence, Kurt Zouma est très bien avec son club, titulaire avec Chelsea. Il a un vécu avec nous. La porte n'est pas fermée. Je fais ce que choix parce qu'il me semble logique. Vous avez rappelé Nabil Fekir alors qu'Ousmane Dembélé revient bien avec le Barça. A-t-il encore ses chances ?
Ousmane revient d'une grosse blessure. Il faut lui laisser le temps. Je sais ce qu'il est capable de faire. Il a eu des problèmes physiques, à lui de retrouver tout son potentiel, ce n'est pas encore le cas. Nabil est performant avec son club (Betis), sur un côté, avec toujours cette capacité provoquer quelque chose quand il a le ballon. Il a un bien meilleur volume de jeu. Il faisait aussi partie des 23 privilégiés champions du monde. C'est solide. Il a plus de continuité dans ce qu'il réalise dans ses matches, c'est quelque chose d'intéressant. »