Foot - Bleus - Didier Deschamps, sélectionneur des Bleus : « Kimpembe apporte plus de positif que de négatif »

·3 min de lecture

Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps a prôné la continuité pour les deux matches de qualification contre le Kazakhstan et la Finlande avec, en ligne de mire, la qualification pour la Coupe du monde 2022. « Votre liste ne comporte aucune grosse surprise. Un joueur tel que Christopher Nkunku aurait-il pu prétendre figurer dans ce groupe ?
On le suit, il aurait pu y être, il fait des choses très intéressantes qui ont encore été confirmées hier (mercredi avec un but lors de Leipzig-PSG). Il n'est pas là mais il fait partie des candidats sérieux qui peuvent avoir cette opportunité. Je ne peux que l'inciter à continuer. Sur cette liste-là, on est dans la continuité du dernier rassemblement. Quand ça se passe bien, voire très bien, c'est logique de maintenir la confiance aux joueurs qui étaient là. Didier Deschamps à propos de Presnel Kimpembe « Il connaît les conséquences de son erreur » Parmi les absents, Raphaël Varane a été contraint de déclarer forfait. Ses soucis récurrents vous inquiètent-ils ?
Il en a eu deux consécutifs, sur une période très proche. Il s'est blessé aux adducteurs avec nous contre l'Espagne lors de la Ligue des nations. Ensuite, il a repris, ça s'est très bien passé, et il y a ce problème différent à l'ischio. Vous connaissez la cadence des matches internationaux, avec peu de temps de récupération. Sur le plan athlétique, ce n'est pas idéal d'arrêter, de reprendre, d'être de nouveau arrêté. Je préfère avoir l'embarras du choix mais ça profite aussi à d'autres. Justement, Kurt Zouma réintègre le groupe. Comment jugez-vous son début de saison à West Ham ?
Ce qui change pour lui, c'est qu'il était dans un très grand club (Chelsea) où son temps de jeu était limité. Mais ça fait un moment qu'il est avec nous. Aujourd'hui, sa situation en club lui amène plus de confiance et de sérénité. Quand on commence la semaine d'entraînement et qu'on ne se demande pas si on va jouer le week-end, il y a une forme de tranquillité qui permet de se concentrer sur ses performances. lire aussi Areola, Zouma, Kanté et Coman de retour en équipe de France, pas de Martial ni de Nkunku Presnel Kimpembe a été fautif lors du nul du PSG concédé par le PSG à Leipzig. Cela vous inquiète-t-il ?
Il connaît les conséquences de son erreur, il ne fait pas tout bien, mais il fait aussi partie des joueurs qui enchaînent tous les matches, peut-être même un peu trop. Il peut lui arriver d'être moins bon, d'être responsable et, dans l'idéal, il faut gommer tout ça. Il peut se laisser emporter dans certains duels, éviter quelques cartons mais par rapport à ce qu'il apporte, il y a plus de positif que de négatif. N'Golo Kanté était absent lors de la Ligue des nations. Comment réussir à l'incorporer dans votre 3-4-3 ?
Il fait partie intégrante de cette équipe, peu importe le système. Si je dois rappeler son importance, le moteur qu'il est... Même dans un positionnement différent, le plus important, c'est qu'il puisse avoir la totalité de ses moyens. S'il est apte, vous savez très bien qu'il jouera. Les deux prochains matches doivent permettre à l'équipe de France de valider son ticket pour la Coupe du monde. Quel bilan pouvez-vous déjà tirer de cette année ?
Vous savez ce qui s'est passé cet été, avec notre élimination précoce à l'Euro. Ça ne nous a pas empêchés de faire des bonnes choses avec ce bonheur de gagner la Ligue des nations. Si l'on ajoute les qualifs, ça faisait trois objectifs dans la même année, c'est rare. Faisons en sorte d'en obtenir deux sur trois pour avoir la tranquillité de basculer sur l'année prochaine qui sera une année spéciale avec cette Coupe du monde au mois de novembre. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles