Foot - Bleus - Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, avant le match face au Kazakhstan : « Karim Benzema sera disponible »

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, à la veille du match de qualification pour la Coupe du monde 2022 face au Kazakhstan, a été rassurant sur son avant-centre, Karim Benzema. Ce dernier ne s'était pas entraîné collectivement avant la dernière séance du Parc, ce vendredi. « Comment va Karim Benzema qui n'a pas effectué de séance collective ?
Il n'a pas fait de séances collectives, mais il a fait des séances. Il s'entraînera avec nous ce vendredi et il n'y a pas de souci, il sera disponible samedi soir. Que vous inspire ce retour au Parc des Princes ?
Je suis très heureux et d'une nature optimiste, alors je ne me rappelle que des bons souvenirs, ça me va bien. Même si la maison de l'équipe de France s'est déplacée au Stade de France, avant la Coupe du monde 1998, on est très bien ici, ce sera plein, et c'est un vrai stade de foot. « Kingsley Coman est une option qui peut être bonne, ça dépend du rapport de forces » Compte tenu de l'adversaire, est-ce que l'on pourrait trouver un piston plus offensif, sur un côté, comme Kingsley Coman ?
C'est une option, qui est valable, mais pas seulement sur ce match-là. Beaucoup d'équipes nationales évoluent dans ce système, avec des options dans les couloirs qui sont plus ou moins offensives. Au départ ou en cours de match, Kingsley Coman est une option qui peut être bonne, ça dépend du rapport de forces. Quand on a le ballon, on n'est pas en difficulté, mais sur l'aspect défensif, cela demande des aménagements par rapport à la couverture des zones. lire aussi Noël Le Graët assure que Benzema ne sera pas exclu en cas de condamnation La France se qualifie rarement pour la Coupe du monde avant le dernier match. En battant le Kazakhstan, ce serait le cas, pourtant...
Une qualification à la Coupe du monde, c'est toujours une longue route, périlleuse. Cela ne dépend que de nous, de se qualifier avant le dernier match, et on ne va pas s'en plaindre. On ne peut pas comparer avec les autres années. Mais pour nous, il sera important d'atteindre l'un de nos objectifs de l'année 2021. Et celui-là est essentiel. « On a montré, au-delà de la qualité des joueurs, notre force mentale et notre état d'esprit » Qu'attendre du Kazakhstan ?
Cela n'avait pas été simple là-bas (2-0, le 28 mars 2021). C'est une équipe qui a la capacité de défendre, qui sait qu'elle doit faire des efforts, et qui les fait ensemble. Ils ne lâchent jamais, et c'est ce qui leur a permis, dans ce groupe, d'arracher deux matches nuls dans le temps additionnel. Il ne faut pas s'attendre à voir une équipe démobilisée. lire aussi Le classement du groupe des Bleus La Ligue des nations a-t-elle relancé la dynamique de l'équipe après une période de doute, à l'intérieur comme à l'extérieur ?
Il y a de la fierté à avoir gagné la Ligue des nations comme on l'a fait, en battant deux grandes nations, la Belgique (3-2) et l'Espagne (2-1). Il n'y a pas de garanties, mais on a montré, au-delà de la qualité des joueurs, notre force mentale et notre état d'esprit. Nous les avons perdues pendant dix minutes, à l'Euro, et on l'a payé. Après, on a une marge de progression, mais parfois, il faut du temps : vous avez vu ce qu'ont fait les trois de devant contre la Belgique et l'Espagne, mais entre la Suisse à l'Euro et la Ligue des nations, ils n'avaient joué que 75 minutes ensemble. On progressera en répétant, en affinant. » Lloris : «Valider le ticket pour le Qatar»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles