Foot - Bleus - Hugo Lloris (Bleus) : « On ne peut pas se permettre de perdre plus de points » au Kazakhstan

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le capitaine de l'équipe de France, Hugo Lloris, s'est montré déterminé à gagner au Kazakhstan, dimanche, après le match nul contre l'Ukraine (1-1) mercredi, en ouverture des qualifications à la Coupe du monde 2022. « Comment abordez-vous ce déplacement lointain au Kazakhstan, dans un contexte particulier ?
La Fédération nous a mis dans les meilleures conditions. Il faut s'adapter au décalage horaire (5 heures). On a la chance de pouvoir évoluer dans des infrastructures de haut niveau. Quand on regarde dehors avec le froid et la neige, ça semblerait compliqué de jouer en extérieur. On va aussi s'essayer au terrain synthétique à l'entraînement. On va rentrer progressivement dans la préparation de notre match. On ne s'attend pas à un match facile demain (dimanche). lire aussi Les Bleus sont arrivés dans un Kazakhstan enneigé Étiez-vous déçus, énervés ou embêtés après le match nul contre l'Ukraine (1-1) ? Ce résultat change-t-il la donne pour ce déplacement au Kazakhstan ?
Quand on a démarré, l'objectif était de prendre le maximum de points. On a été freinés contre l'Ukraine (1-1), ce qui a entraîné beaucoup de déception. Embêtés ? Oui, ça peut être le cas. On a toujours le devoir de résultats quand on porte le maillot des Bleus. Historiquement, ça a toujours été compliqué (en qualifications au Mondial). Il faut s'y préparer et aller chercher la qualification, elle ne viendra pas toute seule. Ils (les Kazakhs) ont connu très peu de victoires. La Belgique dernièrement est venue gagner 2-0 ici. Il ne faut pas s'attendre à un match facile, entreprendre, évoluer à un haut niveau. « À nous d'être prêts à faire les efforts, à jouer en équipe et à aller chercher le résultat » Ce match a tout pour ressembler à un piège. Ressentez-vous une pression particulière ?
On ne peut pas se permettre perdre plus de points. Les nations en face de nous n'ont pas forcément grand-chose à perdre, elles sont là pour créer l'exploit. Le défi est fantastique pour le Kazakhstan. Ils vont nous rendre la tâche compliquée. À nous d'être prêts à faire les efforts, à jouer en équipe et à aller chercher le résultat. lire aussi Les qualifications à la Coupe du monde 2022 Qu'est-ce que ça va changer pour vous d'évoluer sur une pelouse synthétique ?
C'est très rare d'évoluer sur un synthétique dans le milieu professionnel, mais on l'a fait dernièrement en Andorre (4-0 en juin 2019). Ça m'était arrivé aussi quand j'étais encore en Ligue 1, à Nancy ou à Lorient. Ça favorise le jeu de passes courtes au sol. On va essayer de prendre nos marques du mieux possible à l'entraînement. On s'attend à avoir la possession face à un bloc bas. L'utilisation du ballon sera très importante. »