Foot - Bleus - Hugo Lloris (Bleus) : « Il faut se faire violence »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Le capitaine des Bleus va égaler Thierry Henry, face à la Bosnie, avec 123 sélections. Mais cette statistique compte peu face à son envie de victoire au bout de cet éreintant triptyque de mars. « Vous allez égaler face à la Bosnie le nombre de sélections de Thierry Henry avec 123 capes à la deuxième place dans l'histoire des Bleus derrière Lilian Thuram. Est-ce significatif pour vous ?
C'est une grande fierté. Mais quand j'ai démarré le rassemblement, je ne pensais pas du tout à ces chiffres. J'étais davantage focalisé sur l'équipe et les résultats à faire. Quand on commence une carrière, il est difficile d'imaginer autant de matches avec les Bleus. Je n'ai jamais couru après les records. Ils sont plutôt venus naturellement. On va continuer dès demain en espérant surtout gagner ce match face à la Bosnie. lire aussi Mise en place des Bleus : Mbappé en pointe Comment vous sentez-vous après ces voyages à répétition et ces heures de décalage horaire entre la France, le Kazakhstan et la Bosnie-Herzégovine ?
Il reste encore vingt-quatre heures et une séance d'entraînement avant le match. Il faut déjà être présent mentalement et les jambes vont suivre. La Bosnie a eu plus de récupération que nous et un match officiel en moins. Il y aura des bons joueurs en face avec deux qui sortent du lot qui sont Miralem Pjanic et Edin Dzeko.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vous attendez-vous à affronter un bloc bas comme face à l'Ukraine (1-1) et quelles sont les solutions contre de telles équipes ?
Il y a plusieurs choses mais il faut avoir avant tout l'ambition d'aller chercher l'adversaire, de mettre du rythme, de l'intensité et de créer des largeurs dans l'équipe adverse. La Bosnie a d'autres caractéristiques que l'Ukraine avec des bons manieurs de ballons. Il faudra bien gérer les temps faibles et appuyer sur les temps forts en marquant de buts. « Toutes les nations sont motivées face à l'équipe de France. Ce genre de match peut permettre de créer quelque chose sur une campagne de qualification » La Bosnie a quelques grosses individualités mais une moins forte une équipe ?
Notre réponse doit être plus collective. On se focalise sur ce qu'on sait faire avec ou sans le ballon. Toutes les nations sont motivées face à l'équipe de France. Ce genre de match peut permettre de créer quelque chose sur une campagne de qualification. Roberto Mancini propose d'élargir les listes pour l'Euro de 23 à 25 ou 26 joueurs. Est-ce une bonne idée selon vous en cette période de Covid-19 ?
C'est une proposition intéressante. Mais c'est une question davantage pour les sélectionneurs que les joueurs. Si ça peut limiter les risques notamment face au Covid-19, ça mérite d'être étudié. Ce sont aux instances de décider. lire aussi Deschamps (Bleus) : « Coman et Dembélé ne sont pas incompatibles » Vous avez côtoyé Miralem Pjanic à Lyon. Comment l'avez-vous vu évoluer ?
J'ai connu le garçon. C'est devenu un homme depuis. Il avait déjà beaucoup de talent à 18 ans à l'OL. Il vit actuellement une situation plus compliquée au FC Barcelone. Mais je connais son talent et il a encore de belles années devant lui. Ce sera le dernier match officiel avant la liste pour l'Euro. Peut-il vraiment compter dans cette perspective ?
Il va surtout clôturer ce rassemblement de trois matches. Il faut se faire violence et finir sur une bonne note. L'important est de finir cette parenthèse de qualification sur une bonne image avant de se projeter sur l'Euro. Comment jugez-vous la progression de Mike Maignan ?
Mike monte de niveau saison après saison. Il a encore pris plus de place dans les performances de Lille. Il a fait gagner des points importants par moments. Mais il est toujours difficile de se projeter. Il fait partie des gardiens de demain avec Alphonse Areola, Meslier ou Lafont. Mike est très ambitieux. Il a envie d'être confronté au haut niveau. »