Foot - Bleus - Hugo Lloris, le capitaine des Bleus, avant le match contre le Kazakhstan : « Cette génération est très forte, très ambitieuse »

·3 min de lecture

Hugo Lloris, le capitaine des Bleus, à la veille du match décisif de qualification pour la Coupe du monde 2022 face au Kazakhstan, loue le potentiel des joueurs - Koundé, Tchouaméni, Diaby... - nouvellement convoqués en Bleus. « Le sélectionneur a, dès le début de la semaine, indiqué que l'objectif était cette qualification pour la Coupe du monde 2022. Avez-vous senti le groupe dans cette direction-là cette semaine ?
On connaît nos obligations, ça passe par une victoire demain soir afin de valider notre ticket pour le Qatar. À nous de mettre le rythme, l'intensité, afin de passer un bon moment avec nos supporters, et de continuer notre phase de progression après la Ligue des nations. Ressentez-vous une forme de tension par rapport à l'enjeu ?
Non pas forcément de tension. Mais on sait que tout reste à faire. Si on regarde nos derniers résultats, ça doit nous mettre en confiance mais pas dans un excès de confiance. On respecte cette équipe. Qui avait fait une bonne performance au match aller (2-0, le 28 mars 2021). « Il y a eu des moments de doute, on a montré notre force mentale et collective » La victoire en Ligue des nations le mois dernier a-t-elle relancé la dynamique dans le groupe ?
Lorsqu'on gagne, on a toujours le sourire, on a été honnêtes sur ce qui s'est passé entre l'Euro et la Ligue des nations. Il y a eu des moments de doute, on a montré notre force mentale et collective. En témoignent nos matches face à l'Espagne et la Belgique. Un titre avec l'équipe nationale a une saveur particulière. On se doit de faire le travail de la meilleure manière demain soir. On a eu ce type de match à jouer dans le passé, il faut emballer et mettre du rythme. lire aussi Le classement du groupe des Bleus Il y a de nombreuses absences (Varane, Kimpembe) en défense. Avez-vous eu le temps de peaufiner vos automatismes ?
On est habitués en sélection à des rassemblements où il y a des joueurs qui manquent. Ça donne à d'autres la possibilité de s'exprimer. On a pu mettre des choses en place. Ça donne à certains la possibilité de marquer des points dans la perspective du Mondial dans un an. Malgré le jeune âge, les jeunes ont les capacités pour s'imposer. On est là pour les mettre dans la bonne direction. « Ce qui facilite leur intégration, c'est la bonne dynamique. Il faut voir dans les périodes plus difficiles comment ils réagissent » On a le sentiment que cette génération a des facilités à s'imposer. Partagez-vous ce constat ?
Ce qui facilite leur intégration, c'est la bonne dynamique. Il faut voir dans les périodes plus difficiles comment ils réagissent. Ils ont l'habitude de jouer ensemble dans les sélections de jeunes. C'est difficile de savoir s'ils seront là dans un an, deux ans, cinq ans, dix ans. Ils devront répondre aux exigences du haut niveau. Cette génération est très forte, très ambitieuse. J'en ai connu d'autres, très fortes également qui ne se sont pas installées durablement en équipe de France. Quand on a la possibilité d'y être, il faut faire en sorte d'y rester. C'est la première fois que l'équipe France joue de nouveau un 13 novembre, six ans après les attentats. Qu'est-ce qui vous reste de cette soirée ?
C'est une soirée difficile, ça reste un souvenir difficile. Je n'ai pas grand-chose à rajouter. Avec la FFF, on a décidé de mettre nos maillots de demain soir aux enchères, les fonds seront renversés à l'association Bleuet de France. C'est une très bonne chose. » Deschamps : «Karim (Benzema) sera là»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles