Foot - Bleus - Kylian Mbappé, un bijou en trois touches contre la Finlande

·2 min de lecture

À la 77e minute, Kylian Mbappé a marqué son vingt-quatrième but en équipe de France. Sans doute l'un des plus beaux. Il avait des fourmis dans les jambes, ça se sentait, et son but, le second des Bleus, son vingt-quatrième en cinquante-trois sélections, survenu dix minutes après sa formidable passe décisive pour Karim Benzema, est venu récompenser cette montée en puissance (2-0). Lucas Digne n'avait pas encore amorcé sa passe que Kylian Mbappé avait pressenti que le ballon viendrait sur le côté gauche. Le service du latéral français n'était pas parfait, un peu flottant même. Mais, sur sa seule prise de balle, l'attaquant français est parvenu à passer devant Robert Taylor, à peine entré en jeu, et à lui coller un mètre dans la vue. Puis trois mètres, sur sa deuxième touche de balle, celle qui lui permet de déborder sur son aile. Derrière, Taylor s'accroche mais il y a comme une forme de renoncement, déjà. Le Finlandais a la télé, chez lui, à Bergen (il joue en Norvège) et il connaît la pointe de vitesse du Parisien. Le voilà désormais avec cinq mètres d'avance. Un gouffre, un désespoir. Sa deuxième touche, plus longue, a permis de recentrer sa course, de s'orienter vers le but de Lukas Hradecky, qui ne fait pas le malin. Le gardien du Bayer Leverkusen, resté un mètre cinquante devant sa ligne, cherche à fermer l'angle au premier poteau. Mais il ouvre celui au second. Dans l'axe, Robert Ivanov tente bien de venir couper la course de Mbappé avec l'énergie du désespoir. Un peu plus de désespoir que d'énergie, d'ailleurs. Au moins, il est le premier spectateur de ce qui va suivre. Le Français, n'a levé la tête qu'au moment de sa deuxième touche. La troisième sera fatidique. Il s'est déjà situé sur le terrain et a déjà imaginé la fin de l'action. Il va ouvrir son pied, à la manière de Thierry Henry, qui pourrait bientôt devenir un variant Mbappé, tant sa frappe deviendrait presque aussi efficace et plus puissante que celle de son prédécesseur. Hradecky plonge mais pour la forme. Il ne peut rien faire. Cela va trop vite. « Avec le talent qu'il (Mbappé) a, pour l'adversaire, c'est compliqué », concédait Didier Deschamps, heureux d'être le sélectionneur d'un tel buteur.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles