Foot - Bleus - Lucas Hernandez (Bleus) : « On a manqué de créativité et de mobilité »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Lucas Hernandez pense que les Bleus n'ont pas mis assez de variété dans leur jeu d'attaque pour battre l'Ukraine (1-1) mercredi. « Comment le groupe a réagi après ce nul et cette contre-performance collective face à l'Ukraine (1-1) ?
On était tous déçus. On voulait cette victoire pour commencer de la meilleure façon 2021 et ces éliminatoires. L'Ukraine a très bien joué son jeu. On a eu des difficultés à les mettre en danger. C'était encore plus compliqué après qu'ils ont égalisé. Le bloc bas de l'Ukraine a payé. On a manqué de créativité et de mobilité. On ne s'est pas assez infiltré dans cette défense. Mais toutes les équipes vont essayer de s'enfermer contre nous. lire aussi Les notes de France-Ukraine : Griezmann au rendez-vous, Mbappé absent Vous vivez une saison un peu compliquée à titre personnel au Bayern avec la concurrence de Davies à gauche. Avez-vous eu peur pour votre place en équipe de France ?
La concurrence est grande au Bayern Munich. Il y de très grands joueurs dans tous les secteurs. Mais j'ai toujours confiance en moi-même. Je travaille à l'entraînement pour convaincre le coach. L'équipe de France a aussi de très grands joueurs. On est toujours mis en danger. Il faut toujours s'accrocher. Ma saison passée a également été compliquée avec les blessures. Je suis plus épargné cette année. Mais je veux rendre la confiance que le club a placé en moi en me transférant en 2019 de l'Atlético de Madrid (pour 80 M€, la plus grosse transaction de l'histoire du Bayern Munich). « Mon poste naturel et de formation est dans l'axe. Mais je suis habitué à gauche » Vous évoluez parfois en défense centrale au Bayern mais uniquement à gauche avec les Bleus. Souhaiteriez-vous à l'avenir vous installer à une place en particulier ?
Mon poste naturel et de formation est dans l'axe. Mais je suis habitué à gauche. Je connais les mouvements et les positionnements. Quelle que soit la place, je suis là pour tout donner. Comment jugez-vous la saison de votre petit frère Theo (23 ans) à l'AC Milan ?
En ce moment, il est très fort offensivement. Il a cette confiance en lui, de prendre le ballon et de percer les lignes. À lui de continuer comme ça. Il est sur la bonne voie. J'espère un jour qu'il pourra être ici (il a été international des moins de 20 ans avant de snober un rassemblement des Espoirs). C'est à lui de persévérer. Les saisons précédentes, il a eu plus de mal au Real Madrid ou à la Real Sociedad. Mais là, il arrive à avoir de très bonnes statistiques avec le Milan. C'est un très bon joueur. Je l'aime beaucoup ! J'espère vraiment qu'il sera un jour avec nous en équipe de France. » lire aussi Theo Hernandez est «dans l'attente» d'un appel de Deschamps