Foot - Bleus - Didier Deschamps (sélectionneur des Bleus) avant le match en Finlande : « Finir le mieux possible »

·5 min de lecture

À la veille du dernier match de la phase de groupe, le sélectionneur de l'équipe de France, la qualification pour la Coupe du monde déjà acquise, n'entend pas galvauder ce rendez-vous finlandais. « Quel est l'état de forme du groupe ?
Il n'y a pas de souci particulier. Ils participeront tous à la petite séance de ce soir. Dans quelle mesure le fait que ce match soit décisif pour la Finlande (ce mardi, 20h45) peut-il vous amener à faire des changements ?
Je pars toujours du principe qu'il faut respecter le jeu et les adversaires. On a cette tranquillité de venir ici sans avoir à jouer notre qualification mais ce n'est pas ce qui va m'amener à faire plus ou moins de changements. Il y aura des changements. Je ne sais pas encore combien. Je déciderai demain. Il y aura une analyse. Mais quand on porte ce maillot de l'équipe de France, il y a un devoir. On finit ce parcours de qualification avec l'intention de bien le finir. Le mieux possible. lire aussi Les Bleus ont désormais un an pour préparer la Coupe du monde 2022 Samedi soir, vous avez confirmé qu'Alphonse Areola serait le numéro 2. Pourquoi ?
Alphonse n'était pas là le mois d'avant contrairement à Benoit (Costil), oui. Alphonse n'est pas titulaire avec son club (West Ham) mais les cinq matches qu'il a joués cette saison se sont très bien passés. Et il a un vécu et une expérience avec nous un peu plus importants que celui de Benoit. Benoit aurait pu très bien être le numéro 2... Après, au niveau de l'état d'esprit, que ce soit Benoit ou Alphonse, il n'y a aucun problème. Moussa Diaby a été performant quand il est entré : peut-il commencer demain (mardi) ?
C'est une très bonne chose qu'un joueur sorte du banc et apporte du dynamisme. Lui a ça. Est-il susceptible de débuter ? Oui, comme les autres. Il est capable d'évoluer dans différentes positions, cette année un peu plus à gauche qu'à droite. Il est polyvalent en plus de sa capacité d'accélération. Il est plutôt adroit, a un bon volume de jeu, a cette envie dont j'ai parlé. L'équipe de France a besoin de ce type de joueurs. lire aussi Le débrief de Maxime Bossis sur France - Kazakhstan : « Les deux joueurs de côté ont mis le feu » Le trio offensif Griezmann, Benzema, Mbappé a-t-il progressé en termes d'automatismes ? Entendez-vous profiter de chaque occasion pour les aligner ?
La répétition des matches permet d'affiner la relation technique, la complémentarité, pas seulement avec le ballon mais aussi dans les déplacements. Évidemment, plus il y a de temps, mieux c'est. Mais il faut aussi pouvoir avoir des options différentes. Le système à pistons fonctionne bien. Est-ce que ce qu'on a vu samedi est applicable qu'à un certain rapport de force ou ce système est-il adaptable ?
Dans l'absolu, oui (c'est adaptable). Après, en me demandant cela, c'est par rapport à Kingsley Coman. Il amène tout ce qu'amène un joueur offensif. Mais cela ne l'a pas empêché de faire ce qu'il avait à faire dans le registre défensif. Mais quand je mets Kingsley là, je n'ai pas envie de le voir défendre dans nos 16,50 mètres. Cela demande des compensations. Si je l'ai fait là, c'est parce que je pensais que c'était le moment. Ce qu'a fait Kingsley amène un plus dans l'animation offensive. Et c'est susceptible d'être répété à l'avenir. lire aussi Tactique : Coman, l'option payante à droite pour les Bleus face au Kazakhstan Puisque Coman devient piston, Benjamin Pavard peut-il se recentrer en défense ?
Se recentrer (il réfléchit) Benjamin est formé comme défenseur central même si je l'ai utilisé comme latéral jusqu'ici. Et dans la liste, il y a d'autres joueurs que j'ai pris à ce poste de défenseur central. À l'avenir, pourquoi pas. Mais pour le moment, il y a d'autres joueurs. Deschamps le sélectionneur a-t-il envie d'égaler la série d'invincibilité de 27 matches que celle connue comme joueur, en équipe de France ?
Cela fait partie des défis. Quand il y a des séries, on a envie qu'elles durent le plus longtemps possible. Les joueurs ont tous intérêt à être le plus performants possible, sur le moment et par rapport à ce qui nous attend aussi. Ce sont des compétiteurs. On a connu un grand moment de bonheur samedi. Là, on en a un autre. Il faut remettre ça. lire aussi Deschamps, horizon 2022 avec les Bleus Conserver un bon indice UEFA constitue-t-il une raison de ne pas négliger ce dernier match de groupe ? Avez-vous reçu des coups de fil amicaux de certains grands clubs européens pour ménager des joueurs ?
L'indice FIFA ne change pas grand-chose et quand je vois ce qu'on a fait en octobre dernier, en battant l'Espagne et la Belgique, on a récupéré 25 points. Je me demande comment c'est possible. Il faut respecter le jeu, les adversaires. Mon téléphone n'a pas sonné, par rapport à la deuxième demande. Certains joueurs vont jouer avec leur club vendredi mais cela ne sera pas un critère par rapport aux choix que je ferai demain (mardi). »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles