Foot - Bleus - Youssoupha : « Agaçant que le Rassemblement national dicte l'agenda des débats »

·1 min de lecture

Silencieux depuis la polémique sur sa chanson de soutien aux Bleus avant l'Euro, le rappeur Youssoupha a regretté jeudi la place accordée au Rassemblement national et à ses idées dans le débat public. Après plusieurs jours de silence, le rappeur Youssoupha a réagi jeudi soir sur le plateau de Quotidien (TMC) à la polémique suscitée par Écris mon nom en Bleu, la chanson qu'il a composée pour accompagner la révélation de la liste des 26 Français convoqués par Didier Deschamps pour l'Euro. Confirmant que cette chanson n'avait « aucune prétention d'hymne », il s'est étonné des propos de Noël Le Graët, le président de la FFF, qui avait laissé entendre dans les colonnes du Parisien qu'il n'était pas au courant d'une initiative prise par ses « jeunes salariés du service commercial ». lire aussi Youssoupha et les Bleus, histoire d'un clip éclipsé par la polémique Mais il s'est surtout agacé que le Rassemblement national, à l'origine de la polémique au travers des déclarations de Jordan Bardella et Marine Le Pen, « dicte l'agenda des débats » en France. « Les médias, les acteurs politiques, les observateurs ne sont pas obligés de tomber dans cet agenda, de s'abaisser à ce niveau. [...] Ils (les politiques du Rassemblement national) ne sont pas importants. [...] J'ai peur pour la suite. [...] On laisse tellement avancer toutes ces idées-là, ces gens-là en leur donnant la place et le droit de cité... J'ai l'impression qu'ils mènent la barque, s'est inquiété le rappeur, qui se trouvait à Abidjan (Côte d'Ivoire) la semaine passée. C'est un parti antisémite, raciste, homophobe. Tout le monde le sait, on est prévenus. Et si on laisse faire, ils nous emmènent dans leur agenda. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles